Rencontre citoyenne : Delta force pour lutter contre les « bébés noirs » à Ouenzé

Lundi 24 Février 2020 - 17:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le député de la quatrième circonscription électorale de Ouenzé, Ninon Pachel Gouamba, compte lancer, sous peu, une opération qui vise à éradiquer le phénomène « bébés noirs » d’ici à 2022 dans cette partie du cinquième arrondissement de Brazzaville.

Interpellé par sa base du quartier 58, le 22 février, au cours d’une rencontre citoyenne, le député a annoncé le lancement sous peu de l’opération « Delta force ». Saluant, en effet, l’action de la police, il s’est félicité de la régression du taux de criminalité dans sa circonscription. « La sécurité revient petit à petit, nous allons continuer à travailler surtout avec le lancement sous peu de l’opération Delta force qui vise à traquer les bébés noirs. Que les parents ayant des enfants qui s’illustrent dans les mauvaises pratiques puissent tirer leur attention d’autant plus que notre objectif est de ne plus entendre parler de ce phénomène dans nos quartiers d’ici à 2022 », a-t-il averti, invitant les jeunes délinquants désireux d’apprendre des petits métiers de se prononcer.

Le député de Ouenzé 4 est conscient du fait que cela ne relève pas de sa compétence. « Depuis un certain temps, nous constatons que les actes de banditisme ont baissé d’intensité. Cela veut dire que je suis en train d’atteindre mon objectif consistant à l’éradication de l’insécurité dans ma circonscription. Ce n’est pas mon rôle en tant que député de pouvoir mener une action qui consisterait à éradiquer ce phénomène, mais nous sommes dans un quartier qui vit ce phénomène, c’est tout à fait normal en ma qualité de fils du quartier », a-t-il indiqué, se réjouissant de la prise de conscience de certaines écuries de gangs comme « les rebelles », « Miami » et « QG » qui écumaient ces quartiers.

Les habitants préoccupés par la réhabilitation du marché Sukissa

La réhabilitation du marché Sukissa et du pont de Lolo reliant les quartiers 58 Moukondo et 58 bis Mikalou a été également au centre des échanges. Ainsi, s’agissant de la réhabilitation du marché Sukissa, le député a déploré le fait que son initiative de relever l’édifice avant le démarrage des travaux de construction d’un marché moderne par la Banque mondiale ait été zappée par certains citoyens du quartier.  « Nous avons mis en place un comité de trente membres pour relever le marché tout en sachant que nous attendons dans le quartier le projet de la Banque mondiale qui prévoit, entre autres, la construction du marché Sukissa et le pavage des rues. Chaque parcelle devrait donc donner, de manière symbolique, une somme de 150 francs CFA, afin d’accompagner cette initiative. Malheureusement, certains habitants du quartier sont allés dire au chef du projet que j’étais contre cette initiative », a fustigé Ninon Gouamba.

En effet, les habitants du quartier 58 Moukondo devraient prendre leur mal en patience d’autant plus que le Projet de développement urbain et de restructuration des quartiers précaires (DurQuap), cofinancé par le gouvernement et la Banque mondiale va changer la physionomie de leur zone. À travers ce projet, il est prévu le pavage d’environ 50% des rues du quartier 58, la construction du marché Sukissa. Le projet prévoit également la construction des écoles et des centres d’éducation préscolaire, ainsi que des aires de jeu.

Par ailleurs, Ninon Gouamba a été interpellé sur la situation socioéconomique de ses mandants et son adhésion au Parti congolais du travail.

« Cette activité s’inscrivait dans le cadre de l’initiative Tosolola qui est un cadre d’échange et de rencontre entre le député et ses mandants. Ensemble, nous avons essayé de parler et discuter des questions relatives à la vie de notre quartier. Le rôle du député n’est pas de réhabiliter les marchés ou de construire des ponts. J’ai essayé de faire ce travail pédagogique en faisant comprendre à ma base que ce n’est pas mon rôle. Si je devais le faire, ce serait en qualité de président de la fondation Ninon Gouamba, mais pas en tant que député », a-t-il expliqué.

Parfait Wilfried Douniama

Légendes et crédits photo : 

Le député Ninon Gouamba répondant aux préoccupations des mandats ; une vue des participants à la rencontre citoyenne/Adiac

Notification: 

Non