Rentrée littéraire du Congo : la troisième édition sous le signe de la promotion du livre en Afrique centrale

Jeudi 10 Octobre 2019 - 19:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le rendez-vous littéraire congolais s’est ouvert le 10 octobre, à Brazzaville, en présence de plusieurs écrivains et amoureux du livre, ainsi que de Dieudonné Moyongo, ministre de la Culture et des arts; Henri Djombo, ministre d’Etat, chargé de l'Agriculture, de l'élevage et de la pêche, invité d’honneur.

Célébrée sur le thème « La circulation du livre en Afrique, un réel défi », la troisième édition de la rentrée littéraire du Congo (Relico) est une occasion de découvrir et présenter les différents ouvrages publiés entre le dernier trimestre de l’année précédente et les trois premiers de l’année en cours.  

A cet effet, des écrivains, associations du livre, consommateurs, institutions culturelles et bien d’autres ont pris d’assaut la librairie Les Manguiers des Dépêches de Brazzaville, pour honorer de leur présence cette grand-messe du livre.

Pour se souvenir du panorama des écrivains congolais, l’humoriste  Fortuné Batéza a clamé, au début de la cérémonie d’ouverture, l’anthologie de la littérature congolaise. A travers quelques extraits de textes en prose, il a merveilleusement fait voyager le public sur les vagues de la rivière littéraire du Congo qui tire sa source dans les différentes œuvres écrites par ses fils.

« La littérature congolaise se porte bien et a encore de beaux jours devant elle. C’est une littérature qui n’est pas restée et ne reste pas en marge des grands succès mondiaux. A titre de référence, nous citerons les prix remportés par ses dignes fils-écrivains congolais comme Henri Lopes, Marie-Léontine Tsibinda, Tchicaya U’tamsi, Alain Mabanckou, Jean-Baptiste Tati-Loutard, Sony Labou Tansi… », a fait savoir Florent Sogni Zaou, écrivain et président du Pen centre Congo.

Un plaidoyer pour une meilleure circulation du livre en Afrique centrale

Après deux éditions réussies, la Relico devient, sans nul doute, un concept qui s’affirme chaque jour dans les têtes, cœurs et esprits des Congolais, voire dans l’agenda du livre au Congo.

Cet événement met au cœur de ses rencontres l’avenir du livre, véritable véhicule des pensées et des savoirs qui semble connaître un réel problème de diffusion.

La Bible nous enseigne qu’on n’allume pas une lampe pour la cacher sous un boisseau. De même, à en croire Bienvenu Boudimbou, auteur et maître de conférence Cames, il est établi que le livre ne s’éteint jamais, il n’a davantage de vitalité que lorsqu’il se donne à lire, quel que soit le temps ou la distance qui sépare son lieu de production et ses espaces de réception.

« En réalité, le thème de cette troisième édition de la Relico se décline sous un mode de constat et d’engagement. Analysons et décortiquons-le donc pour cerner les évidences qu’il confirme car il est un grand outil pédagogique au service de tous les combats », a-t-il souligné.

Ainsi, au nombre des points suggérés par la leçon inaugurale de cette rentrée littéraire pour un plan d’action régional de la circulation du livre, figurent, entre autres, cartographier la production du livre dans chaque pays ; identifier ses circuits de distribution et les pesanteurs politiques, économiques voire matérielles qui entravent l’émergence d’une vraie industrie du livre en Afrique centrale ; mettre à jour les politiques nationales du livre ; créer des foires et salons dans et pour la sous-région ; initier de plus amples récompenses et prix littéraires; inscrire significativement les livres d’auteurs de la sous-région dans les différents programmes scolaires et universitaires des Etats.

Organisée par le Pen Centre Congo-Brazzaville, Les Dépêches de Brazzaville, la Librairie les Manguiers, l’Association culture Elongo, prix des cinq continents, le Club de lecture et écriture, Union nationale des écrivains et artistes congolais, les Editions Hémar et le Carrefour du livre et du théâtre, la troisième édition de la Relico se poursuit jusqu'au 12 octobre par une série de tables rondes ainsi qu’une exposition-vente et dédicace des différents ouvrages qui font la une de cette rentrée littéraire. 

Merveille Jessica Atipo

Légendes et crédits photo : 

1- Henri Djombo entouré de Dieudonné Moyongo et Florent Sogni Zaou 2- Une vue des écrivains et acteurs culturels présents à l’ouverture de la Relico 2019

Notification: 

Non