Rentrée littéraire à Kinshasa : la place des artistes transformée en foire du livre

Vendredi 13 Septembre 2019 - 17:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Depuis le 12 septembre, le réputé rond-point Victoire est investi par les stands des maisons d’éditions et librairies locales réunies là par le centre Wallonie-Bruxelles pour quatre jours, exposant des publications congolaises de tout genre.

Une vue générale du public invité à l’ouverture de la Grande rentrée littéraire Il s’est créé un nouveau pôle d’attraction pour les Kinois de passage à Matonge. En effet, outre les officiels, éditeurs, libraires, médias et élèves invités à la « Grande rentrée littéraire » organisée par le centre culturel belge, Wallonie-Bruxelles, certains y ont assisté par accident. D’abord par curiosité puis intéressé, il s’est trouvé plusieurs qui ont décidé de s’y arrêter le temps de la cérémonie d’ouverture de la quatrième édition. 

Maître de cérémonie et membre actif de l’organisation, Richard Ali a d’entrée de jeu circonscrit le cadre de l’événement littéraire voulu populaire. Responsable de la bibliothèque Wallonie-Bruxelles, le jeune écrivain l’a présenté comme « un des rendez-vous majeurs des opérateurs du livre, des auteurs et lecteurs de Kinshasa ».

Opérée à la suite des allocutions successives des personnalités présentes à cette occasion, à commencer par la déléguée Wallonie-Bruxelles, Kathryn Brahy, la rentrée littéraire offre la possibilité « de prendre le pouls de la vitalité du secteur du livre dans le pays ».

L’affirmation ainsi soutenue du président national de l’Association des éditeurs du Congo, le Pr Bertin Makolo, a trouvé bon écho auprès des représentants du bourgmestre de Kalamu et du ministre de la Culture ainsi que de la commissaire générale à la Culture, Yvette Tabu. Tous ont été unanimes sur l’importance que revêt la rentrée littéraire, souhaitant chacun un avenir radieux à l’organisation qu’ils ont garantie de leur indéfectible soutien.Le Pr. Makolo parlant au nom des opérateurs du secteur du livre

Exposition et rencontres

Le tour des stands déjà installés et garnis de livres divers, littérature et ouvrages de tout genre, a permis notamment à la commissaire générale, Yvette Tabu, de s’enquérir sur les nouvelles publications. Un échange sommaire avec les éditeurs l’a informée un peu plus sur les réalités de la chaîne de production du livre dans le pays.

La commissaire générale de la culture faisant le tour des stands en compagnie de Richard AliLes élèves de quelques écoles avoisinantes ont également pris part à la manifestation, appréciant le moment de détente et de découverte offert à l'occasion. Certains sont sortis avec un abonnement à la bibliothèque de Wallonie-Bruxelles.

La première journée de célébration du livre s’est achevée autour d’un premier échange littéraire. Les éditions Hans Kelsen ont eu la primeur de s’y présenter au travers notamment du baptême de quelques-unes de leurs publications.

Cadre choisi pour ces rencontres avec les férus de littérature, simples amateurs du livre et les acteurs du secteur du livre, auteurs, éditeurs, diffuseurs, etc., le restaurant Akropolis a reçu ses premiers hôtes. La poésie a donné le ton de ce rendez-vous initial où l’on a fait notamment l’heureuse dégustation des Maladies textuellement transmissibles de Christian Gombo et Les larmes de joie de Brunel Lungambu.

 

 

 

 

Nioni Masela

Légendes et crédits photo : 

Photo 1 : Une vue générale du public invité à l’ouverture de la Grande rentrée littéraire Photo 2 : Le Pr Makolo parlant au nom des opérateurs du secteur du livre Photo 3 : La commissaire générale de la Culture faisant le tour des stands en compagnie de Richard Ali

Notification: 

Non