Richesses culturelles : le chercheur Thierry Rayer invite les dirigeants et décideurs africains à valoriser le patrimoine culturel

Lundi 4 Mai 2020 - 13:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Dans une lettre ouverte le président du Cercle d’études scientifiques Rayer (CESR), Thierry Rayer, exhorte les dirigeants, décideurs et médias africains à mettre en valeur leur patrimoine. Ce qui replacera l’Afrique à la position qu’elle devrait toujours avoir occupée de manière légitime sur l’échiquier mondial.

Thierry Rayer a d’abord rappelé que, depuis plusieurs dizaines d’années, à la faveur de la découverte du fossile de Lucy en 1974, ils savent que l’Afrique est le berceau de l’humanité. Cette découverte qui a bouleversé la perception des origines humaines est désormais inscrite dans tous les livres traitant du sujet.

Pour lui, l’Afrique est un continent extrêmement riche en ressources naturelles, notamment le pétrole, le gaz naturel, l’or, le diamant, lesquelles richesses ont amené les pays occidentaux à considérer le continent comme un « pied-à-terre » de leur économie nationale. L’occident ne s’est pas contenté de prélever les richesses naturelles du sous-sol africain, il s’est également approprié l’art africain en rapatriant masques, sculptures, statues vers ses musées les plus renommés.

Mais ce qui doit interpeller tout le monde aujourd’hui, a-t-il poursuivi, c’est de parvenir à faire prendre conscience de toute la dimension universelle de ce berceau de l’humanité : la découverte et la mise en lumière du “savoir et savoir-faire universel du processus de la création”. Cette découverte scientifique qu’il a présentée au siège de l’Unesco permet effectivement de développer l’art et l’architecture de chaque pays, et met en évidence l’origine commune de toutes les cultures de l’humanité au cœur même du continent africain. Cette découverte fut possible grâce à l’étude minutieuse et rigoureuse de l’œuvre “Le baiser de 1905” de Constantin Brancusi.

Comme le théorème de Pythagore, de Thalès ou la suite de Fibonacci, il existe un dénominateur commun à toutes les grandes réalisations artistiques de l’humanité, une universalité des procédés qui a été utilisée depuis l’antiquité jusqu’à la période moderne à travers le monde, a-t-il fait savoir. Cette découverte permet de rendre légitime le rassemblement des communautés autour d’une racine culturelle unique, l’Afrique.

La découverte pourra replacer l’Afrique à l’échiquier mondial

Quelles conséquences cette découverte implique-t-elle pour les leaders africains ? s’est-il interrogé. Pour le chercheur Thierry Rayer, la découverte de l’universalité de la création a le pouvoir de renverser l’équilibre géopolitique mondial en replaçant l’Afrique à la position qu’elle devrait toujours avoir occupée de manière légitime sur l’échiquier mondial, celle de la « Terre Mère » du reste des populations, et ce au niveau des sciences, de l’éducation, des arts et de la culture. Cette position vis-à-vis du reste du monde est la garantie d’une prospérité économique et d’un retour à la place centrale que mérite l’Afrique.

Les investissements doivent donc prioritairement se centrer sur les étoiles, universités, centres de formations (artistiques), mais également autour de la création d’institutions, musées, fondations privées ou publiques et l’organisation d’événements mettant en valeur le patrimoine africain. La dynamique ainsi créée rendra chaque citoyen de chaque nation africaine porteur de ce patrimoine ancestral et le muera en ambassadeur de cette universalité. Le patrimoine culturel de l’Afrique appartenant à toute l’humanité permettra à chaque pays du monde de participer au financement des infrastructures nécessaires. Chaque œuvre architecturale ou d’art quelle que soit son origine est d’inspiration africaine. La culture est unique, elle est née en Afrique ! « J’en appelle donc aux dirigeants, aux milliardaires africains, faute de négocier ce virage à 180ᵒ du développement de la société africaine, c’est toute une civilisation, toute une culture, tout un héritage qui risque d’être galvaudé à tout jamais et de maintenir le continent en marge du développement mondial. Vous devez être fier de votre continent, de votre histoire de vos ancêtres ! celui qui ne réagit pas à ce vibrant appel risque de se rendre complice d’une injustice historique à l’échelle planétaire qu’aucun de ses enfants ne pourra l’en excuser », a-t-il déclaré.

Pire, a-t-il poursuivi, la découverte universelle pourra être exploitée à titre mensonger par un autre continent à son profit au détriment de l’Afrique. « Ce refrain nous rappelle déjà quelque chose. Pour leur propre survie, il est plus que temps que les pays africains cessent de passer à côté de leur destin. Il est temps de mettre en marche l’enseignement et de communiquer sur cette réalité indiscutable qu’est l’universalité de la création artistique et de promouvoir aux quatre coins de l’Afrique et du globe. Ferez-vous partie de ce jalon de l’histoire ? Le Cercle d’études scientifiques et le peuple africain vous attendent », a-t-il conclu.

Bruno Okokana

Légendes et crédits photo : 

Le chercheur Thierry Rayer à la tribune de l’Unesco (crédit photo/ DR)

Notification: 

Non