Saint-Valentin : quand l’amour rime avec le portefeuille

Jeudi 13 Février 2020 - 22:12

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La Saint-Valentin est devenue, ces dernières années, une fête fortement célébrée au Congo à l’instar de la fête de Noël. Et les commerçants comme les consommateurs l’ont très bien compris !

« La fête de la Saint-Valentin est surtout devenue une fête commerciale, même si, et il sied de le souligner, elle n’a pas le même engouement que les années précédentes », a affirmé Maurice, un homme d’un certain âge qui  célèbre l’amour au quotidien. Une opinion à laquelle n’adhère pas Cyril, professeur de littérature dans un lycée de la place. « Ce jour doit se démarquer des autres car on n’a toujours pas l’occasion d’exprimer son amour au quotidien parce qu’on est happé par le travail, les enfants, la famille…Bref c’est un jour où l’on doit s’arrêter pour témoigner à sa dulcinée ou son compagnon son amour », a-t-il fait savoir.

Un jour à marquer d’une pierre blanche et cela les commerçants et amoureux l’ont déjà compris. Sur les étalages de la place, les jouets ont fait place à des multiples présents arborant les couleurs rouge et noir, signe que cupidon n’est pas très loin. S’il n’arrive pas en calèche remplis de jouets, il est pourtant présent avec sa flèche prête à embobiner les cœurs à prendre. Tasse, cartes de vœux, T-shirt, tableaux, taies d’oreiller à son effigie, chocolat en forme de cœur, des bouteilles de boissons tapissées de cœurs, et des bagues de fiançailles… « C’est un moment propice où beaucoup s’engagent devant une nouvelle étape de leur relation », a fait savoir Sow Allasane, bijoutier ouest-africain qui régulièrement fait un bon chiffre d’affaires pendant cette période. Mireille Nkodia, la trentaine, est impatiente car, a-t-elle dit, « cela fait plus de cinq ans que je suis avec mon compagnon, il m’offre chaque année un présent. Cette année, je lui ai demandé de m’acheter une robe que j’ai repérée dans un magasin. Quand on aime, il faut bien dépenser ».

Consciente de l’euphorie des Congolais durant cette période, les marchands migrent vers des objets qui ont trait à Cupidon. Aussi les vitrines pullulent-elles de cœurs ; les magasins se parent de rouge carmin, couleur de l’amour ; les restaurants sont pris d’assaut ; les fleuristes vendent plus qu’ils ne l’espèrent, les attentions se multiplient. Et, pour couronner le tout, « même les studios-photos traditionnels font peau neuve pour attirer les tourtereaux à venir immortaliser leur amour », a fait savoir Fred qui espère avoir la même aubaine que l’année précédente. « J’ai fait plus de soixante photos de couples le 14 février dernier, alors qu’en temps normal je dépasse difficilement plus de dix personnes depuis l’arrivée des téléphones Android », a déclaré le photographe, exerçant à Kinsoudi et très excité de monter sa nouvelle décoration pour ce 14 février.

Berna Marty

Légendes et crédits photo : 

Quelques produits dans un super marché de la place/Adiac

Notification: 

Non