Sankuru : Olpa condamne l’interpellation d’un journaliste à Lusambo

Mercredi 27 Mai 2020 - 14:33

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Cet acte constitue, selon l'ONG, une atteinte grave à la liberté de la presse garantie par la législation congolaise et les instruments juridiques internationaux relatifs aux droits de l’homme et  exhorte les autorités provinciales de Sankuru à favoriser l’exercice de la liberté de la presse sur toute l’étendue de cette province.

L'Observatoire de la liberté de la presse en Afrique (Olpa) se dit consterné par l’interpellation d’Apollinaire Ngandu, journaliste à Radio Lusambo FM number One, station communautaire émettant à Lusambo, chef-lieu de la province de Sankuru. L'ONG, qui condamne cette « interpellation injustifiée d’un journaliste en plein exercice de son travail », indique que cet acte constitue une atteinte grave à la liberté de la presse garantie par la législation congolaise et les instruments juridiques internationaux relatifs aux droits de l’homme. Olpa dit, par conséquent, exhorter les autorités provinciales de Sankuru à favoriser l’exercice de la liberté de la presse sur toute l’étendue de cette province.

Apollinaire Ngandu, note Olpa, a été interpellé le 25 mai dans la matinée par un groupe d’agents de la Police nationale congolaise (PNC/Lusambo). C’était, explique cette ONG, au moment où il effectuait un reportage sur l’opération de déguerpissement des vendeurs à la sauvette sur le boulevard de la Liberté, par le maire de la ville de Lusambo, Grégoire Kapinga Betu. D'après cette ONG, ces agents l’ont conduit manu militari au cachot de la PNC/Lusambo, où il a été entendu sur procès-verbal par un officier de police judiciaire. Ce dernier l’aurait accusé d’avoir effectué un reportage sans autorisation préalable des autorités administratives, de n’avoir pas présenté des civilités au maire de la ville et de ne pas travailler pour un média public. « Il a été privé de liberté pendant neuf heures, avant d’être relaxé en début de soirée. Ses effets confisqués (dictaphone, téléphone, porte-monnaie) ont été restitués », a expliqué Olpa.

Lucien Dianzenza

Légendes et crédits photo : 

Apollinaire Ngandu/Olpa

Notification: 

Non