Santé. Edith Mukwembe : « Il n’y a pas de cas de coronavirus en RDC »

Lundi 17 Février 2020 - 15:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Au cours d’une matinée scientifique organisée récemment par l’Institut national de recherche biomédicale (INRB) au Laboratoire véterinaire de Kinshasa, à l'intention des journalistes membres de l'Association des communicateurs de santé en Afrique (Acsa/RDC), le Dr Edith Mukwembe, responsable du laboratoire de virus respiratoire à INRB,  a tenu à apaiser l’opinion congolaise en indiquant qu’il n’y a pas de malades de coronavirus en RDC.

 

 

« Les Congolais n’ont pas à paniquer. Le coronavirus n’est pas présent sur le territoire national. Il n’y a pas de malades de coronavirus attesté en RDC », a-t-elle déclaré. Elle a souligné, par ailleurs, que le pays a pris certaines dispositions préventives. « Un comité de coordination et de riposte à l'épidémie de coronavirus a été déjà mis en place. Nous nous considérons comme étant dans une situation de préépidémie, des dispositions sont prises pour empêcher que le virus ne puisse entrer au pays", a expliqué ce médecin microbiologiste.

Les premiers dispositifs, a-t-elle renchéri, sont tout d'abord placés au niveau des frontières, dans tous les postes d'entrée au pays pour contrôler tous les voyageurs, surtout ceux qui manifestent les signes liés à cette grave maladie tels que la fièvre, la toux, le rhume, les difficultés respiratoires…. « Que ce soit au niveau de la voie aérienne, de la voie terrestre ou de la voie fluviale. Sur tous les cas suspects, un prélèvement respiratoire doit être effectué et envoyé au laboratoire, pour que nous qui y travaillions, nous puissions confirmer ou infirmer ces cas par les résultats obtenus », a-t-elle ajouté.

Par rapport à tous ces malades qui seront détectés au niveau des points d'entrée, Dr Edith a rassuré que le gouvernement congolais a pris des précautions « non seulement pour les isoler, mais aussi pour les héberger, d'autant qu'ils ne peuvent, de prime abord, être en contact avec le reste de la population ».

A en croire, la responsable du laboratoire de virus respiratoire de l’INRB, trois sites précis ont été mobilisés à Kinshasa pour assurer la prise en charge d’éventuels cas suspects. Il s'agit précisément de l'Hôpital général de Kinshasa, de l'Hôpital général Sino-congolais de N'djili et de l'Hôpital général de Kinkole.

Les signes de la maladie

Aux dires du Dr Edith, les symptômes du coronavirus sont variés. Ils vont d'un simple rhume à des manifestations beaucoup plus sévères nécessitant une hospitalisation. Mais, parmi ces signes, il y a une fièvre aiguë, la toux qui traduit une infection respiratoire et la sévérité de ces manifestations se révèle à travers la survenue de la dyspnée, qui traduit une difficulté respiratoire, conduisant à l'hospitalisation. « Lorsqu’une personne manifeste ces trois signes, il est conseillé de vite l'emmener à l'hôpital. Car cette maladie serait liée au coronavirus », a-t-elle conseillé.

 S’agissant de la transmission du coronavirus, elle se fait par voie aérienne. « Le virus est transmis par voie salivaire, à travers notamment la toux, les éternuements ou lorsque le patient parle. Tout son environnement risque, dès lors, d'être contaminé ». Quant à la durée d'incubation (la période de manifestation des symptômes après l'exposition) est courte. Elle varie de deux à quatorze jours.

Blandine Lusimana

Légendes et crédits photo : 

Dr Edith répondant aux questions des journalistes

Notification: 

Non