Santé publique : modification de stratégie contre la rougeole en RDC

Mercredi 22 Janvier 2020 - 13:06

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

C'est dans le contexte de la plus grande épidémie de rougeole au monde que la République démocratique du Congo (RDC) a modifié sa stratégie.

Le bilan des décès dus à l'épidémie de rougeole en RDC a atteint six mille la semaine dernière. Le gouvernement et ses partenaires internationaux de la santé ont appelé à un recadrage de la réponse, notamment en élargissant la campagne de vaccination incluant les enfants plus âgés. Depuis 2019, environ  310 000 cas suspects  de rougeole ont été signalés à travers le pays, par Médecins sans frontières (MSF). Il s'agit de la plus grande épidémie en RDC depuis des décennies, avec un taux de mortalité plus élevé que les années précédentes.

Une épidémie à son paroxysme dans le monde

La rougeole est la pire épidémie actuellement dans le monde, avec une augmentation sans précédent. Mais cette épidémie - très contagieuse - a été éclipsée par la crise d'Ebola, cela veut dire moins de ressources disponibles pour l'épidémie de rougeole, selon le Dr Vincent Sodjinou, responsable des incidents de rougeole en RDC pour l' Organisation mondiale de la santé (OMS). La crise d'Ebola dans le pays a fait plus de  2 200 morts. Et plus de 3 700 cas de rougeole ont été signalés dans les zones de transmission active d'Ebola, un défi pour les agents de santé face aux patients atteints d'Ebola et de rougeole, les deux présentant des symptômes similaires. Alors que l'épidémie de rougeole fait rage, le gouvernement de la RDC et les partenaires mondiaux de la santé réexaminent leur approche et ont approuvé un nouveau plan de réponse pour les six prochains mois, qui vise à mettre fin à l'épidémie. "Ce nouveau plan a pris en compte les enseignements tirés du plan précédent", a déclaré Dr Vincent Sodjinou.

Des faiblesses face à l'épidémie 

Certaines des faiblesses de la réponse aux niveaux national et provincial comprennent une mobilisation inadéquate des ressources, les limites de la campagne de vaccination pour n'inclure que les enfants de moins de 5 ans, le positionnement tardif des vaccins, la faible intégration des interventions nutritionnelles dans la réponse, la faible implication de la communauté et les chefs religieux, ainsi que la faible surveillance dans certaines régions, a déclaré le Dr Xavier Crespin, chef de la santé à l'Unicef en RDC. En 2018, la couverture vaccinale de routine contre la rougeole en RDC n'était que de 57%. Selon MSF, certaines des raisons qui expliquent les faibles niveaux de vaccination de la rougeole comprennent les pénuries de vaccin, le manque d'accès aux centres de santé, la nécessité de garder le vaccin au froid pour une efficacité maximale, ce qui est difficile dans les zones rurales.

Dans les zones touchées par Ebola, la capacité limitée des agents de santé a entraîné une baisse des  vaccinations contre la rougeole. De plus, il faut rassurer que les lieux de vaccination n'ont pas conduit à une transmission d'Ebola. En juillet dernier, la première campagne de vaccination contre la rougeole a  été lancée dans une zone de transmission active d'Ebola.  Une poursuite de la campagne de vaccination salutaire. En 2019, dix-huit millions d'enfants de moins de 5 ans ont été vaccinés contre la rougeole. Les intervenants plaident pour la poursuite de la campagne de vaccination allant jusqu'aux enfants de 14 ans. Dr Vincent Sodjinou plaide également pour la deuxième dose recommandée mais ''pour immuniser contre la rougeole après la première dose'', son déploiement national, le renforcement de l'engagement communautaire, une nouvelle stratégie de communication... La mise en œuvre de ce nouveau plan demande une augmentation de quarante millions de dollars. La rougeole est particulièrement mortelle  pour les enfants souffrant de malnutrition.

Noël Ndong

Notification: 

Non