Secteur numérique : Augustin Kibassa présente la cartographie des opportunités d’investissements en RDC

Mercredi 19 Février 2020 - 18:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le ministre des Postes, Télécommunications et Nouvelles technologies de l’information et de la communication (PTNTIC), Augustin Kibassa Maliba, a présenté, le mercredi 19 février au Pullman Hôtel à Kinshasa, l’état des lieux du secteur numérique en République démocratique du Congo (RDC).

Au cours de son intervention avant l’allocution marquant le lancement  de la rencontre E-DRC sur le  thème « Investir dans le numérique en RDC par le chef de l’Etat, Augustin Kibassa a rappelé que cette rencontre s’aligne sur la vision du président de la République pour le secteur : « Faire du numérique congolais un levier d’intégration, de bonne gouvernance, de croissance économique et de progrès social ». Le ministre a indiqué que cette rencontre, patronnée par le président de la République, est une présentation de la cartographie des opportunités d’investissements dans le secteur des Postes, Télécommunications et Nouvelles technologies de l’information de la communication (TIC) en RDC. Augustin Kibassa a évoqué l’objectif de la rencontre E-DRC, d’une part, « d’éclairer la lanterne des investisseurs désireux de participer à l’exécution dudit programme et de contribuer ainsi au développement du secteur des PTNTIC en RDC », et d’autre part, « d’informer les acteurs de l’industrie et l’opinion des possibilités du programme tout en donnant une orientation claire aux partenaires ».

Dans le volet numérique, a laissé entendre Augustin Kibassa, le gouvernement conduit par le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba préconise « la construction du réseau de base (Backbone) à fibre optique en vue d’augmenter le taux de pénétration des TIC, d’améliorer sensiblement la qualité des services offerts à la population et de diminuer le coût des communications ; l’interconnexion de toutes les vingt-six provinces du pays et le renforcement des capacités du personnel de l’Etat, en vue de son perfectionnement dans l’usage de l’outil informatique ». Il a énuméré la gamme d’industries et d’activités de services du secteur des PTNTIC, tels la fourniture des services postaux, la fourniture des services de téléphonie (fixe et mobile), la fourniture des services et d’accès Internet, les services et équipements de télécommunications, les équipements et services informatiques, les médias et la radiodiffusion, l’électronique, les fournisseurs d’informations, les services d’informations sur réseau, l’hébergement des données numériques, les fournitures d’infrastructures passives des réseaux ainsi que les services professionnels de câblodistribution.

Mais l’état de lieu aboutissant à ce programme du gouvernement a révélé que ces industries ne sont pas toutes développées en RDC. « L’essentiel des activités du secteur s’opère grâce à l’apport de l’industrie de téléphonie mobile qui connait depuis son avènement en RDC une croissance assez remarquable, mais limitée par plusieurs facteurs techniques et environnementaux, endogènes et exogènes à ladite industrie », a continué Augustin Kibassa Maliba.

Situation numérique précaire…

Il a donné quelques chiffres émanant des différents rapports des organismes internationaux et nationaux dont l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications du Congo (ARPTC). Le taux de pénétration de téléphonie mobile est à moins de 40 % de la population avec un revenu moyen par utilisateur (ARPU) de 3 dollars américains ; le taux d’accès à l’Internet est à moins de 15 % de la population, avec un revenu moyen par utilisateur d’un dollar américain ; le taux de pénétration de la monnaie électronique est de 7 % avec un revenu moyen d’un dollar américain ; le taux de couverture des réseaux est à moins de 25 % du territoire national. Et pour pallier à cette situation précaire, le gouvernement s’est assigné des objectifs à moyen terme à partir diverses actions concrètes. Il s’agit d’une infrastructure nationale de télécommunication développée, moderne et fiable ; d’une administration publique efficace utilisant les TIC pour améliorer le fonctionnement et les services aux citoyens ; d’une informatisation efficiente des services générateurs des recettes ; d’un taux élevé d’échange des biens et des services TIC ; d’un secteur des services en TIC et une industrie numérique importants et dynamiques ; d’une population instruite et largement familiarisée avec les TIC ; d’une abondante main d’œuvre jeune encadrée et qualifiée en TIC ; et d’un environnement propice à la libre entreprise, à l’innovation et attractif pour les investisseurs.

Il a insisté sur le fait que le développement numérique en RDC est fonction de deux piliers qui fonde la stratégie du gouvernement : « Les infrastructures, socle de développement du numérique et la poste moderne au centre de l’essor du numérique ». La RDC, a rappelé Augustin Kibassa, a une position géostratégique au centre de l’Afrique, faisant d’elle un carrefour naturel des échanges entre le Nord et le Sud de l’Afrique, ainsi que l’Est et l’Ouest. Aussi devrait-elle, par cette position, être l’un des plus grands transitaires des télécommunications et des données numériques du monde, pouvant relier la méditerranée et le Cap de bonne espérance, l’océan Atlantique et l’océan Indien. Mais la RDC ne peut pas à ce jour jouer ce rôle d’envergure panafricaine par manque d’infrastructures numérique adéquates. Toutefois, le gouvernement a développé un projet pour le déploiement d’un réseau national large bande intégrant un système national de transmission par fibre optique et celui modernisé du système satellitaire afin d’assurer le maillage complet du pays et permettre à la population d’accéder aux services universels de meilleure qualité à un coût abordable.

A propos de la poste, le ministre des PTNTIC a parlé du projet de réhabiliter, équiper et moderniser tous les bureaux de la Poste à travers le pays, de la création de la banque postale et de la mise en œuvre des incubateurs dans les bureaux de poste au travers d’un projet dénommé Centre faciliter l’accès à l’outil informatique aux populations rurales et semi-urbaines ; de découvrir et d’encadrer les compétences dans le secteur du numérique ; de promouvoir la culture du numérique au sein de la jeunesse  et de stimuler la création du contenu et des solutions locales au travers des concours d’excellence des jeunes congolais pour répondre aux besoins des congolais.

Martin Enyimo

Légendes et crédits photo : 

Le président de la République, Félix Tshisekedi, et le ministre des PTNTIC Augustin Kibassa à la rencontre E-DRC

Notification: 

Non