Secteur public : le gouvernement veut éradiquer les dysfonctionnements au sein de l’administration

Jeudi 15 Novembre 2018 - 15:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le Congo et la Banque mondiale cofinancent un projet destiné à améliorer la performance des administrations publiques. Les membres du comité de pilotage du Projet des réformes intégrées du secteur public (Prisp) ont lancé leurs activités, le 15 novembre à Brazzaville, suivant cette feuille de route.

Les derniers rapports du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale épinglent de nombreuses faiblesses dans la gestion du secteur public. C’est ainsi que dans le nouveau Plan national de développement pour la période 2018-2022, le gouvernement congolais a consacré la gouvernance comme axe stratégique prioritaire.

Le conseiller spécial du Premier ministre, Gervais Bouiti-Viaudo, préside le comité de pilotage du projet. Pour celui-ci, le Prisp représente un maillon essentiel dans le processus de modernisation des structures étatiques. « Le Prisp va apporter son appui aux réformes des finances publiques de l’Etat et des institutions de contrôle et de veille », a indiqué Gervais Bouiti-Viaudo à l’ouverture de la session inaugurale du comité de pilotage.

En effet, financé à hauteur de quarante millions de dollars, soit vingt-deux milliards de francs CFA, le projet est placé sous la tutelle du ministère du Plan durant les cinq ans à venir. Hormis la composante liée au renforcement des capacités institutionnelles, cette initiative est censée accroître la mobilisation domestique des ressources hors-pétrole et la gestion rationnelle des dépenses publiques ainsi que la transparence et la redevabilité.

Au cours des échanges qui ont précédé le lancement du projet début octobre, les parties prenantes ont émis quelques réserves quant à la capacité des autorités à mettre en œuvre l’initiative. Ces intervenants ont rappelé les récents échecs,  l’Union européenne ayant financé un projet similaire à l’endroit des directions des Impôts, des douanes et de l’Inspection générale d’Etat. Les nombreuses recommandations y relatives sont restées lettre morte.

Notons qu’au cours de cette session inaugurale, les participants vont examiner les rapports d’exécution du projet, le plan de travail et du budget annuel pour l’année 2019 ainsi que le règlement intérieur du comité de pilotage.    

Fiacre Kombo

Légendes et crédits photo : 

Les membres du comité de pilotage

Notification: 

Non