Soins: Saboni, un savon aux vertus de l’aloe vera et du moringa

Jeudi 6 Juin 2019 - 22:09

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L’aventure de la fabrique artisanale des savons Saboni est une initiative de Frédéric et Maria, basés à Pointe-Noire. Ils allient dans ce produit les grands bienfaits de l’aloe vera et du moringa. Essentiellement bio, le savon se présente dans un emballage tradi-moderne en pagne.

Né au Congo, Fréderic est un Franco-Congolais qui a grandi et fait ses études en France. De retour au Congo, avec sa campagne Maria, ils créent ensemble la marque Saboni en 2017.

Saboni en lingala, signifiant en français « savon », résulte du savoir-faire de l’entreprise de la tante de Frédéric, Régina, qui à l’époque fabriquait au Congo des savons à base d’aloe vera dénommés « Régina’s soap ». Quoique les ventes fussent généreuses, lorsque Régina s’est expatriée aux Etats-Unis, la petite entreprise a été petit à petit oubliée par la population.

Et c’est dans le souci de pérenniser les avantages de ce produit auprès des consommateurs que Frédéric et Maria ont relancé sa production, sous l’appellation Saboni, en y ajoutant leurs propres ingrédients et en ajustant le procédé de fabrication.

Pour ne pas être en rupture de produits et utiliser largement des ingrédients bio et frais, Frédéric et Maria ont entrepris la culture des mélanges phares de leur savon : l’aloe vera et le moringa. Leurs vertus ne sont plus à démontrer car ils font l’objet de plusieurs convoitises dans le secteur agroalimentaire, cosmétique, etc.

Au début de ce projet, le couple travaillait dans un petit local qui, aujourd’hui, s’est considérablement agrandi. A cet effet, Frédéric ambitionne de faire certifier ce bâtiment comme zone de production cosmétique selon la norme ISO en vigueur, d’ici à 2021.

Environ deux mille savons (mille aloe vera et mille moringa) sont produits chaque mois à la main par un procédé à froid. La saponification à froid permet d’obtenir un savon surgras, plus hydratant que le procédé à chaud au cours duquel la glycérine est extraite. Grâce à ce procédé, Saboni se rapproche des savons de Marseille et savon d’Alep.

Ce savon est composé essentiellement d’ingrédients locaux, à savoir l’huile de palme (extraite du noyau du palmier), le gel d’aloe vera ou la poudre de feuilles de moringa, l’eau et la soude caustique. Il ne contient ni colorant ni parfum. « Grâce aux multiples vertus de l’aloe vera, la savonnette se révèle comme un soin complet pour le visage et le corps. Ses qualités hydratantes, cicatrisantes et antiseptiques conviennent à tous les types de peau. Outre ses différents bienfaits corporels, le savon Saboni mousse beaucoup, ce qui convient particulièrement au rasage », révèle Frédéric.

D’un poids d’environ 120 g pour un prix de 2 000 FCFA, le savon évite de nombreux désagréments cutanés tels que l’acné, soulage les égratignures et piqure d’insectes, réduit la production de sébum et agit contre les rides sur le long terme. A en croire ses fabricants, Saboni ne fait pas que du bien au corps car il favorise également la repousse des cheveux.

Au regard de la percée du produit, Frédéric et Maria travaillent actuellement sur son emballage dans l’objectif d’un placement en pharmacie. Ces jeunes passionnés testent aussi de nouveaux produits cosmétiques et étudient d’autres produits de base alternatifs. Ils n’ont pas l’intention de se faire écraser par les grosses industries et souhaitent une pérennité dans le maintien écologique de leur produit. Pour entrer en contact avec les responsables de ce produit, visitez leur page Facebook : Saboni.

Jessica Atipo

Légendes et crédits photo : 

Savon Saboni

Notification: 

Non