Sopéco : poursuite du bras de fer entre le syndicat et la direction générale

Mercredi 17 Juillet 2019 - 20:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Les travailleurs de la Société des postes et de l’épargne du Congo (Sopeco) ont entamé, le 17 juillet, une nouvelle grève illimitée pour réclamer le versement de trois mois de salaire sur seize impayés et le départ d’un de leurs responsables.  

Le mouvement de grève lancé ce matin avec sit-in sonorisé intervient trois mois après la signature d’un protocole d’accord entre l’intersyndicale et les dirigeants sociaux, grâce à un arbitrage du ministre des Postes, des télécommunications et de l’économie numérique, Léon Juste Ibombo.

Ce round de la contestation sociale risque d’enfoncer davantage la Sopéco en crise sociale et financière. Pour l’un des responsables syndicaux, Franck Siassia Mikouiza, les autorités de tutelle portent l’entière responsabilité de cette impasse et leur refus de dialoguer.

Franck Siassia Mikouiza a déploré des décisions administratives destinées à punir certains grévistes. « Nous demandons l’annulation du prochain comité de direction prévue en août ; le paiement des salaires du mois d’avril, mai et juin 2019 pour éviter l’accumulation des arriérés ainsi que l’annulation pure et simple des récentes affectations arbitraires », a-t- il déclaré.

Depuis l’échec des précédentes négociations avec les dirigeants sociaux de l’entreprise publique et de la conciliation qu’a tentée de mener l’inspection départementale du travail, les syndicalistes avaient sollicité l’arbitrage du Premier ministre pour essayer de répondre à cette crise. Presque toutes les tentations de médiation ont échoué.  

Le protocole d’accord signé entre les deux parties, le 19 avril dernier, prévoyait un paiement par tranche des salaires par la direction générale de la Sopéco. Alors que ses recettes mensuelles n’atteignent pas trente millions, les charges sociales de l’entreprise sont estimées à quelque soixante-treize millions de francs CFA.

Fiacre Kombo

Légendes et crédits photo : 

Les travailleurs manifestant à l'intérieur de l'établissement

Notification: 

Non