Stage de danse contemporaine: les participants de Pointe-Noire louent la formation reçue

Lundi 9 Septembre 2019 - 18:34

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Après cinq jours, l’atelier dirigé par Chrysogone Diangouaya, danseur, chorégraphe, metteur en scène a pris fin le 6 septembre, à l’espace culturel Le Continental de Mpaka sur une note satisfaction. Les apprenants ont acquis des connaissances nouvelles en chorégraphie et le formateur s'est dit heureux de partager son expérience.

A l’initiative de l’Association des jeunes créateurs (AJC), un projet  a été monté pour donner des bases nécessaires aux danseurs de la ville océane en danse contemporaine, tradi-contemporaine et surtout leur apprendre comment élaborer les projets artistiques pouvant être montés en chorégraphie et dans les autres disciplines des arts de la scène.

Près d’une vingtaine de danseurs et danseuses amateurs, professionnels, comédiens, percussionnistes ont pris part à la formation: Marie Bède Koubemba, Chancella Komande, Chardin Bassalabio,  Glaide Kivouvou, Esnelle Bassarila, Hamid Nziendolo, Marie Loufoua, Gilles Yango, Gilbert Mabiala, Brice Mbemba, Exaucé Ndinga,  Justin Elenga, Rufin Moumpouya, Sethi Miayoukouta,  Steven Madielé, Alvine Vibidila, Aymar Babindamana, Arsène Kissita, Roger Tsiampassi.

« Cette formation initiale balise le chemin du grand projet que l’AJC prépare l’année prochaine,  à l’occasion des 60 ans de l’indépendance du Congo et des 100 ans de la ville de Pointe-Noire. Après cette formation, une vingtaine de danseurs, comédiens, chorégraphes sera formée et participera au projet qui mettra sur scène près d’une centaine d’artistes (choristes, comédiens, acrobates, danseurs...). Ce spectacle multidisciplinaire sera joué à Pointe-Noire. Punta Negra, la ville côtière centenaire », a déclaré l'un des initiateurs,  ajoutant: « Certains artistes formés  aujourd'hui et qui ont adhéré et compris ma philosophie y feront partie. Ce qui a l’avantage de ne pas faire traîner les choses ».

L’AJC va se déployer à Brazzaville pour la redynamisation de son antenne locale, en vue de mettre en place des passerelles de travail pour que ce projet et aussi d’autres à venir soient couronnés de succès dans les deux villes.

À la fin de l’atelier, Chrysogone Diangouaya a exhorté les participants à croire en leur art qui non seulement ouvre vers  des horizons porteurs mais aussi permet de connaître son corps. À l’endroit des autorités de la ville, le chorégraphe attend un accompagnement plus conséquent pour faire luire davantage la culture dans la ville.

Gérant du centre de danse Chrisogogone-Diangouaya, à Paris, le chorégraphe prépare plusieurs spectacles : "Lougimbou", un spectacle dédié à la femme et qui sera livré par près de dix-sept femmes sur scène,  "Tina Tina Tala Kani Ombelé", projet qui mêle la danse-théâtre, la vidéo et les dessins animés qui est attendu en février prochain au Canada, "Le cri de la girafe" qui est à son énième spectacle, "Ma sœur étoile", une adaptation du conte de l’écrivain Alain Mabanckou.

Hervé Brice Mampouya

Légendes et crédits photo : 

La photo de famille des participants à la formation en danse contemporaine / Adiac

Notification: 

Non