Technologie financière : Wapicash, une solution congolaise qui conforte l’univers africain du paiement mobile

Mardi 11 Décembre 2018 - 19:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Actuellement hébergée à Station F, à Paris, le plus grand incubateur du monde, l’équipe de la start-up Wapicash, fondée et développée au Congo grâce à Yekolab, s’apprête à lancer sa solution de paiement électronique en Europe tout en intensifiant sa diffusion en Afrique.

Proposé pour recevoir et envoyer de l’argent, le « mobile money » a vu évoluer des offres de services plus étoffés: paiement des factures, abonnements, frais de scolarité et bien d’autres faveurs développées par des start-up de plus en plus ambitieuses. Wapicash qui intègre le cercle restreint de start-up africaines évoluant dans l’univers de la Fintech, c’est-à-dire de la technologie financière, fait son entrée avec une innovation majeure : un paiement libre de la contrainte de connexion, incluant les échanges banques vers mobile money et mobile money vers banques, possible entre opérateurs de téléphonie différents.

L’initiative approuve ainsi l’interopérabilité des services comme souhaité à la fois par les créateurs d’applications mobiles et surtout par les utilisateurs. Ce qui est sûr, le choix de Paris pour lancer l’opération révèle l’ambition de Wapicash d’offrir ses services au-delà des frontières du Congo, pays d’origine de ses fondateurs. Si l’objectif de mettre en place une plate-forme à la fine pointe technologique est déjà acquis, le projet a déjà verrouillé des collaborations commerciales déterminantes. Il peut déjà compter dans son portefeuille client une large communauté nationale et internationale composée de porteurs de projets prêts à intégrer son API dans leurs plates-formes e-commerce et services en ligne.

De Brazzaville à Paris : la diaspora africaine comme cible privilégiée

Il existe un chiffre qui exprime toute la puissance et l’importance de la diaspora africaine : soixante-cinq milliards de dollars, soit le montant des transferts d’argent estimé chaque année de la France vers l’Afrique. Une large part de ce montant est consacré à l’entretien du quotidien de familles restées au pays : scolarité, santé, alimentation, factures, etc. Avec Wapicash, il sera désormais possible de payer directement ces besoins depuis l’Europe à travers son catalogue, grâce à une autre particularité importante de la solution : les échanges entre la banque vers le « mobile money » et vice versa.

À l’assaut des déserts digitaux !

Pour optimiser leurs offres de services auprès de leurs cibles, les entreprises pourront compter sur une fonctionnalité Wapicash à forte valeur ajoutée : vendre et acheter sur son Smartphone même sans connexion internet à partir d'une technologie exclusive. Une aubaine pour un continent encore en proie aux difficultés de connexion qui fragilisent un pan de l’économie à fort potentiel. La solution de paiement intégrée de Wapicash cumule aussi d’autres points importants : faciles d’intégration et compatibles entre différents opérateurs mobiles.

Un secteur dynamique toujours en plein essor

En Afrique, le Smartphone est à la base d’une véritable révolution : celle du paiement électronique encore appelé « mobile money ». De son apparition dans les années 2000, avec le très célèbre « M-pesa » développé au Kenya, l’utilisation d’un portemonnaie électronique est entrée dans le quotidien de la population d’un continent africain sous bancarisé (près de 80 %, selon les derniers chiffres) qui a trouvé dans ce mode de consommation, une alternative aux voies classiques. Aujourd'hui, la moitié des comptes de mobile money enregistrés dans le monde appartient à des Africains, soit trois cent trente-huit millions de comptes.

 

Quentin Loubou

Légendes et crédits photo : 

Logo Wapicash; Une opération de mobile money

Notification: 

Non