Tendance : 60 ans après, la coupe afro poursuit sa révolution

Dimanche 16 Août 2020 - 14:29

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Elle est apparue en Afrique du Sud dans les années 60. Et revient avec de nouvelles ambassadrices à travers le mouvement « Nappy ». Aujourd’hui comme hier, adopter la coupe afro, c'est plus qu'une histoire de cheveux.

La mode des cheveux Afro a été vu au-devant de la scène pour la première fois en 1960, lorsque la célèbre Myriam Makeba en porta dans les pages du magazine Look. Appelé « Bush » à cette époque, la mode des cheveux Afro avait aussi débarqué à Greenwich Village, un quartier bohème de New York (USA), avec la chanteuse américaine Nina Simone, mais aussi avec l’actrice américaine Cicely Tyson.

En 1962, cette tendance a fait naitre le courant « Black is beautiful ». Son symbole : un peigne terminé par un poing noir. Plus tard, vers les années 1966, les dirigeants du mouvement Black Power commencèrent à l’adopter. C’est ainsi que le port de l’Afro acquit désormais une signification politique : il signifiait un soutien au mouvement Black Power, il montrait que celui qui la portait étais fier d’être noir.

La mode Afro se répandit alors parmi les étudiants universitaires, à la fois homme et femme. Jusque dans les années 1969, l’Afro avait encore un sens politique.  L’une des personnalités qui l’a sans doute le mieux incarné est Angela Davis, reconnaissable à sa coiffure afro.

Du symbole politique à la mode

La mode des cheveux Afro prit une autre connotation avec les Jackson 5.  En 1971, tout le monde semblait s’y mettre, du moins si l’on se fie aux vieilles vidéos des « Soul Train » sur YouTube.

Avec les Black Panther et Angela Davis, la coiffure afro s’illustrait plus comme un moyen d’expression, d’affirmation politique et culturelle. Aujourd’hui, la mouvance est plus globale. Ce qui a changé, c’est l’approche sociologique de la mode Afro. On l’observe notamment avec le :

Mouvement Nappy

Né aux Etats-Unis dans les années 2000, le « natural hair mouvement » ou le « nappy », fortement médiatisé sur internet et centré sur le bien-être et le bio, a contribué à déplacer la connotation très militante des coupes afro nées dans le sillage du Black Power et des Black Panthers.

Sans s’éloigner de l’essence de cette mode, le mouvement Nappy a suscité en plusieurs l’envie d’un retour au naturel. L’accessibilité aux soins appropriés qu’a entrainé le mouvement a encouragé de plus en plus de femmes noires et métisses à garder leurs cheveux au naturel.

Les nouvelles icônes du « natural hair » sont des modeuses et bloggeuses comme Fatou N’diaye, des actrices à l’instar d’Aissa Maiga, des chanteuses comme Inna Modja, des femmes de lettres Chimamanda Ngozi Adichie et bien d’autres.

S’il y a 60 ans, produits et salons, consacrés aux cheveux afro étaient rares, aujourd’hui, la donne est autre, de nombreux blogs et forums spécialisés se sont créés pour donner les conseils et astuces nécessaires. Avec le mouvement, les femmes apprennent à connaître leurs cheveux. Contraction de « naturel » (naturel) et de « happy » (heureux), le mouvement Nappy consiste à ne pas contraindre la nature de ses cheveux. On les laissant sans artifice, naturels, sans lissage ni défrisage chimique.  Au regard du nombre de ses adeptes qui s'accroit de jour en jour, le mouvement semble avoir encore de beaux jours devant lui.

Durly Emilia Gankama

Légendes et crédits photo : 

Photo: L'activiste américaine Angela Davis Photo: La chanteuse malienne Inna Modja

Notification: 

Non