Transport en commun : les élèves peinent à se déplacer

Jeudi 4 Juin 2020 - 14:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

A cause des demi-terrains liés à la limitation des passagers dans les moyens de transport en commun, du fait de la Covid-19, certains élèves ont du mal à être à temps à l’école alors que les heures sont comptées pour eux en ce dernier trimestre segmenté en six semaines de cours avant les examens d’Etat. 

Dans les arrêts de bus, les élèves quelque peu éloignés de leurs établissements scolaires traînent à attendre des moyens de transport notamment pour ceux qui ont cours la matinée. « Quand les bus arrivent, les places sont déjà occupées du fait qu’elles sont limitées. Nous passons un peu plus de temps à attendre. Finalement, nous arrivons en retard à l’école », a déploré un élève en classe de troisième au collège La Fraternité. Or, pédagogiquement, les cours pour ce dernier trimestre vont durer six semaines pour couvrir le volume horaire total d’une année scolaire soit 150 heures pour le primaire, 168 heures pour le collège et 180 heures pour le lycée.

En réalité, les difficultés de déplacement ne devraient pas se poser étant donné que ce n’est pas l’ensemble de la population scolaire qui a renoué avec l’école. Il s’agit juste des élèves en classe d’examen (CM2, Troisième et Terminale).  La situation se complique au niveau de la limitation, par le gouvernement, du nombre de places dans les moyens de transport pour éviter la propagation de la Covid-19 qui pousse les transporteurs à segmenter les trajets pour totaliser les recettes. C'est ainsi qu'ils procèdent actuellement par les demi-terrains.

Rappelons que pour couper la chaîne de contamination de la Covid-19, dans la période du déconfinement progressif, l’exécutif a limité les passagers au nombre de dix (10) dans les bus de type "Hiace", à deux (2) passagers assis par rangée dans les bus "Coaster", à trente (30) passagers assis dans les petits bus de la STPU et à cinquante (50) passagers assis dans les grands bus de la STPU ; enfin à trois (3) passagers, y compris le chauffeur pour les taxis. Pour ne pas tourner à perte, les conducteurs ont alors segmenté les trajets.

Depuis quelques jours, le nombre de bus en circulation de la Société des transports publics urbains est reduit. De même, ces bus ne font plus la totalité des trajets habituels. Le gouvernement qui a prévu organiser une table ronde avec les syndicats des transporteurs trouvera sans nul doute une solution à cet épineux problème. En attendant, les élèves, qui ont manifesté de l’engouement dès la reprise des cours le 2 juin,doivent apprendre à se lever très tôt que d’habitude.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rominique Makaya

Légendes et crédits photo : 

Attroupement des élèves lors de la reprise des cours en cette période de déconfinement progressif

Notification: 

Non