Transport : résurgence de la pénurie de carburant à Brazzaville

Samedi 6 Juillet 2019 - 12:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Les effets de la collision des trains marchandises, le 30 juin à Ngondji, localité située à 18km de Pointe-Noire, se font ressentir dans la ville capitale où les stations-services sont de nouveau à sec, avec pour conséquences l'augmentation du prix de la course de taxi, la réapparition des vendeurs à la sauvette des produits pétroliers ( Kadhafi) et des longues files d'attente dans les stations.

Des conducteurs des transports en commun ainsi que ceux des voitures personnelles qui pouvaient, en un temps records, recharger leur réservoir et poursuivre leur chemin sont contraints de faire la queue.

Abordé dans une station-service à Mpila, Alexis, chauffeur de taxi (l’activité constitue sa principale source de revenu) a confié être arrivé depuis les premières heures de la matinée dans l’espoir d’être servi avant midi.

Dans cette même station, Clarius est assis sur sa moto. Il attend depuis des heures. « Moi, je fais taxi-moto. On joue sur le temps. Depuis 6 h jusqu’à maintenant, les pompistes ne se sont pas encore occupés de moi. Je crains de rentrer bredouille », a-t-il dit.

Notons que certains chauffeurs, impatients, vont se ravitailler chez les revendeurs (Kadhafi) qui campent à quelques mètres de la station, avec leurs bouteilles et bidons remplis du précieux liquide.

On espère que les autorités compétentes mettront tout en œuvre, dans les plus bref délais, pour dégager le chemin de fer puis relancer le trafic des trains marchandises.

Lopelle Mboussa Gassia

Légendes et crédits photo : 

Une file d'attente des voitures devant une station-service

Notification: 

Non