Unesco: un forum sur la coopération Afrique-Chine se tient à Paris

Lundi 3 Juin 2019 - 19:01

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La rencontre, ouverte le 3  juin au siège de l’agence onsienne, porte sur le renforcement des capacités et la coopération pour le patrimoine mondial.

Unesco-Forum Afrique-Chine, participation du Congo par son ministre de la Culture et des arts, Dieudonné MoyongoLe forum accueillera, pendant deux jours, plus de cent cinquante participants : ministres, décideurs travaillant dans les secteurs de la culture, de l’environnement et du développement, universitaires, gestionnaires de sites du patrimoine mondial  et experts en patrimoine venus d’Afrique,  de Chine et d’Europe. Le Congo y est représenté par son ministre de la Culture et des arts, Dieudonné Moyongo, assisté de son ambassadeur auprès de l’Unesco, Henri Ossebi.

Le forum, ouvert par le sous-directeur général, secteur pour la Priorité Afrique et les relations extérieures, Firmin Edouard Matoko, en présence de la présidente de la Conférence générale de l'Unesco, Zohour Alaoui,  a débuté par une session de haut niveau avec les responsables des gouvernements africains et chinois en charge de la culture, de l’environnement et des infrastructures, et plus particulièrement, de la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial et de la gestion des aires protégées.

Les assises comprendront également des présentations d’experts africains et chinois soulignant les défis et les succès de la gestion des sites du patrimoine mondial dans leurs pays respectifs. Elles donneront l’occasion aux ministres de faire part de leurs points de vue et de leurs préoccupations sur les défis et les opportunités du développement durable dans les biens du patrimoine mondial en Afrique et en Chine, en vue de renforcer le dialogue entre les secteurs du patrimoine et du développement.

Ces discussions ont pour objectif de promouvoir une meilleure représentativité des sites africains sur la liste du patrimoine mondial, une meilleure gestion des biens inscrits sur cette liste en péril et des programmes d’échanges entre l’Afrique et la Chine. Il s’agit aussi de développer des projets pilotes et de recherche communs.

À ce jour, on recense quatre-vingt-quinze biens africains sur la liste du patrimoine mondial, soit moins de 9% des biens inscrits. Les sites africains représentent un tiers des biens inscrits sur la liste du patrimoine en péril. La Chine, quant à elle, compte cinquante-trois biens inscrits sur cette liste .

L’un des enjeux majeurs de cette rencontre est d’enrôler, dans le cadre général de la coopération Chine-Afrique, désormais stratégique, les problématiques culturelles africaines, en particulier, les questions relatives à l’éligibilité des dossiers africains dans les lourdes procédures de leur validation par l’Unesco et la prise en compte des besoins des États africains en termes de formation des personnels qualifiés au service des différents gouvernements.

Notons que le président du Conseil exécutif de l’Unesco, Byong-Hyun Lee, la commissaire aux affaires sociales de l’Union africaine, Amira Elfadil, le vice-président de la Banque africaine de développement, Khaled F. Sherif, le président de la Commission nationale chinoise pour l’Unesco, Tian Xuejun, ont également pris part à la cérémonie d'ouverture.

Marie Alfred Ngoma

Légendes et crédits photo : 

Le ministre congolais de la Culture et des arts, Dieudonné Moyongo, au forum Afrique-Chine

Notification: 

Non