Union des architectes d’Afrique : un conseil régional pour la zone centre

Mardi 13 Novembre 2018 - 16:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Réunis les 10 et 11 novembre à Brazzaville, les architectes des pays membres de l’Afrique centrale ont mis en place un organe jugé nécessaire et impérieux pour sauvegarder le rôle et la place du professionnel du bâtiment et du cadre bâti au sein du continent.

La première réunion de la Région centre de l’Union des architectes d’Afrique (UAA) a regroupé les représentants du Burundi, de la République centrafricaine, du Cameroun, de la République démocratique du Congo, du Gabon, de la Guinée équatoriale, de Sao Tomé-et-Principe, du Tchad et du Congo, pays hôte. Il s’agit d’une recommandation de l’Union internationale des architectes et l’UAA invitant l’ensemble des architectes du monde à prendre toutes les précautions possibles pour faire face aux nouveaux enjeux technologiques, économiques et environnementaux.

Le président de l’Ordre des architectes du Congo, Antoine Beli Bokolojoué, a évoqué, dans son mot de bienvenue, l’impérieuse obligation de se mettre en évidence en commençant nécessairement par la mise en place des organes de travail. Tout ceci, face aux exigences nouvelles qu’imposent la modernité, la qualité architecturale, le développement de la technique ainsi que les contraintes environnementales et de l’aménagement urbain.

Le vice-président de l’UAA Région centre, Donatien Kasseyet Kalume, a rappelé la nécessité de mettre en place des organes de travail afin de pouvoir relever les défis auxquels les architectes doivent faire face. « Ensemble, œuvrons pour la reconnaissance nationale de notre profession, en exigeant la création des ordres professionnels par nos pays respectifs. Ainsi, le respect des architectes étrangers ne peut être exigé que si nos pays respectent les architectes locaux et nous mettent à notre place dans l’organisation du cadre bâti », a-t-il déclaré.

Le président de l’UAA, Lionel Victor Miguel, a, de son côté, rappelé les objectifs de son institution, parmi lesquels la prévention du risque de disparition des architectes africains face aux divers spécialistes, au regard des avancées sur la modernité et l’industrialisation. « L’importance de la mise en place des organes de la Région centre est une nécessité impérieuse afin de sauvegarder le rôle et la place de l’architecte africain au sein du continent », a souligné l’Angolais.  

Présidant la cérémonie d’ouverture, le ministre de la Construction, de l'urbanisme et de l'habitat, Josué Rodrigue Ngouonimba, a rappelé que le Congo s’attelait depuis quelques années à la création d’un cadre législatif en la matière. Il a cité, par exemple, le projet de loi portant code de l’urbanisme et de la construction adopté le 12 novembre par le parlement, qui répond, selon lui, aux objectifs de développement urbain durable. L’autre texte évoqué est l’avant-projet de loi portant orientation de l’architecture au Congo et  celui portant sur le titre et l’exercice de la profession d’architecte. Ces trois lois permettront au Congo de disposer, a-t-il dit, des outils d’amélioration et de modernisation du cadre bâti et de l’environnement.

« (…) Votre mission est de renforcer vos capacités professionnelles et de trouver les formes d’approches de solutions architecturales qui tiennent compte des contraintes culturelles, historiques, technologiques… Je suis persuadé que les objectifs visés à travers l’organisation de cette rencontre répondront aux préoccupations de nos pays respectifs ainsi qu’aux exigences de votre noble institution », a conclu l’architecte congolais, Josué Rodrigue Ngouonimba.

Parfait Wilfried Douniama

Légendes et crédits photo : 

Le présidium des travaux /Adiac

Notification: 

Non