Université Marien-Ngouabi : soutenance de la première thèse de doctorat unique dans le domaine de la communication

Mercredi 3 Juillet 2019 - 20:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

« Analyse socio-communicationnelle de la poste congolaise : cas des normes de l’Union postale universelle », est la thèse soutenue par Chancelv Itoua Awoue, le week-end dernier, pour l’obtention du diplôme de doctorat unique, spécialité sociologie de la communication.

C’est devant un jury international de cinq membres présidé par Basile Ngassaki, professeur titulaire à l’Université Marien-Ngouabi, que l’impétrant a soutenu sa thèse placée sous la direction de Gertrude Ndeko, professeure titulaire à la même université.

La poste, l’une des plus anciennes activités organisées par les hommes dans le domaine de la communication, a retenu l'attention de l'impétrant pour en faire le sujet de sa thèse car pour lui, décrire l’histoire de la Poste, c’est essayer de décrire l’histoire. Le Congo, son pays, est d'ailleurs membre de l’Union postale universelle (UPU), institution spécialisée de l’Organisation des Nations unies dont le but est de favoriser le bon développement et la coopération des différents systèmes postaux du monde.  

Chancelv Itoua Awoue a indiqué que la problématique que pose son thème tient compte de la réduction des activités de la Poste congolaise, en 2008, qui avait formulé une demande d’aide auprès de l’UPU. En réponse, celle-ci avait édicté des normes fonctionnelles répondant à la mondialisation et aux exigences de l’ère numérique. Malgré ces recommandations, la Poste congolaise n’a enregistré aucune avancée significative jusqu’à ce jour. L'impétrant a voulu savoir comment la Poste congolaise intègre-t-elle les normes de l’UPU au regard de l’évolution des technologies de l’information et de la communication, en vue d’assurer des services de qualité à la population.  

S’agissant des objectifs de recherche, l’objectif principal, a expliqué l’impétrant, a été d’analyser les principaux changements observés dans le domaine de la communication et de l’organisation au sein de l’UPU et la Poste congolaise. Pour atteindre les objectifs fixés, l’impétrant s’est servi des techniques suivantes : la recherche documentaire qui lui a permis de consulter les documents de seconde main (physique et numérique) ; la recherche sur le terrain, fondée sur les enquêtes (observations, questionnaires et guide d’entretien) ; le traitement et l’analyse des données collectées, …

Quant à la Société des postes et d'épargne du Congo, Chancelv Itoua Awoue a fait savoir qu' elle ne dispose pas de systèmes de communication fiable. Il y a, par exemple, l’absence des panneaux publicitaires, du marketing médiatisé, le non-actualisation du site web. Les retombées socio-économiques de la Poste congolaise sont plus visibles sur les points suivants : cadre légal, établissements postaux (réseaux), poste aux lettres, services financiers, qualité de service, ressources humaines.

La Poste congolaise doit commercialiser ses produits

Parlant des perspectives, l'impétrant a suggéré que celles de la Poste congolaise doivent être orientées vers la production et la commercialisation de ses produits. Pour ce faire, elle doit contribuer à la fourniture de services dans tous les autres secteurs du marché à travers la distribution de médicaments, la facturation et le paiement des factures des secteurs de l’eau et de l’énergie, la contribution au développement urbain grâce aux systèmes d’adressage et au développement rural grâce aux services bancaires et aux services d’envois de fonds. De même, elle doit opérationnaliser les services para-bancaires, assurer les paiements, le cyber administration, l’information, l’adresse et bien d’autres services. La Poste congolaise doit fournir des services administratifs et représenter les vecteurs des politiques gouvernementales. Par exemple, elle peut contribuer à l’organisation d’élections, la remise de papiers d’identité et de documents officiels et assurer l’accès public aux informations via la distribution de la presse écrite.

« Notre travail a permis, sans doute, une meilleure connaissance de la question communicationnelle et organisationnelle de l’UPU et surtout de la Sopéco. Nous pensons, au terme de cette réflexion, que les objectifs assignés à cette étude sont globalement atteints, les hypothèses dans l’ensemble confirmées et les orientations stratégiques élaborées », a déclaré l’impétrant.

Présent dans la salle, le ministre des Postes, des télécommunications et de l’économie numérique, Léon Juste Ibombo, a exprimé une grande fierté du fait que c’est pour la première fois qu’un étudiant soutienne une thèse de doctorat dans le secteur de la Poste. « Comme toutes les postes du monde, la Poste congolaise subit de plein fouet ce qu’on appelle l’influence de la révolution numérique… Je suis persuadé que sur dix mille personnes, il n’y a peut-être qu’une ou deux qui affranchissent une lettre par la poste, parce que les courriers postaux, classiques, les timbres, ça n’existe plus à cause du numérique. Parce qu’aujourd’hui, on envoie ce qu’on appelle les e-mails, n'ayant plus besoin de passer par la poste pour communiquer avec l’extérieur, puisqu’il y a ce qu’on appelle l’influence des TIC. Donc, il faut maintenant arrimer la poste à l’économie numérique », a déclaré le ministre,  donnant quelques pistes de solutions.

A l’issue de cette soutenance, le président du jury  a déclaré Chancelv Itoua Awoue docteur avec mention très honorable.  

Bruno Okokana

Légendes et crédits photo : 

Photo 1 : Le désormais Dr Chancelv Itoua Awoue au milieu du jury, après son sacre Photo 2 : Le public venu suivre la soutenance Photo 3 : Le ministre des Postes, des télécommunications et de l’économie numérique, Léon Juste Ibombo, appréciant la soutenance

Notification: 

Non