Vernissage : Rahim et Emmanuel exposent leurs toiles aux ateliers Sahm

Mercredi 19 Février 2020 - 17:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Après leur résidence de trois mois aux ateliers Sahm, Rahim Lascony et Emmanuel Nickson ont fait, le weekend dernier, la restitution de leur travail au cours d’une exposition collective sur le thème « Dégradation de la mode et Anxiété ». Certains tableaux revalorisent le tissu africain, d’autres parlent de la complicité qu’il y a entre la mort et la vie.

 Les œuvres d’art de ces deux plasticiens congolais suscitent l’admiration.  Leur travail est basé beaucoup plus sur l’abstrait et le figuratif. Emmanuel Nickson a utilisé de l’acrylique sur des ardoises. Sa technique diffère de celle de l’autre. Elle montre bien la dimension artistique du jeune peintre. Certaines de ces toiles traduisent la mélancolie, projettent un regard inquiétant sur quelque chose.  L’une parmi elles rend hommage à un jeune garçon qui, de son vivant, a lutté pour le droit des enfants au Pakistan.

L’artiste expose pour la première fois, passionné de l’art depuis son enfance, tout a commencé par le dessin, c’est en 2016 qu’il commence la peinture.  Le jeune plasticien ne suit pas une quelconque technique dans la réalisation de son travail, il peint quand cela lui arrive. « Je suis spontané quand je travaille, je ne suis pas trop dans le délire des techniques. », a-t-il fait savoir.

Quant à Rahim Lascony, il revalorise le textile africain et la couture africaine. L’artiste exprime à travers ses toiles l’historique du tissu africain qui, selon lui, a changé de terrain. C’est ce qu’il appelle de l’afro-pagne. Rahim s’est accentué sur la sape, les personnages qu’il a peints mettent en valeur les habits confectionnés en tissu africain.

« Je revalorise vraiment la couture africaine, le pagne africain, j’admire beaucoup nos couturiers africains. La première chose c’est promouvoir la sapologie. », a-t-il révélé.  L’artiste a utilisé de l’acrylique, du collage, du pagne et du sable pour produire  ses œuvres. C’est sa troisième fois qu’il expose.

Anciens élèves de l’école de peinture de Poto-Poto, Emmanuel et Rahim se sont engagés dans l’art contemporain grâce aux ateliers Sahm. Ils ont participé en 2019 à la huitième rencontre internationale d’art contemporain. « C’est à partir de cette rencontre que mon esprit c’est ouvert et J’ai rencontré de grands artistes peintres venus de différents pays. Ces gens m’inspirent, leur expérience me fait grandir. Le monde d’artistes m’a beaucoup transformé, c’est une forme de thérapie. », a indiqué Emmanuel Nickson.

Les deux plasticiens ont remercié les ateliers Sahm et appellent les jeunes peintres à pouvoir exprimer leurs talents. « Aujourd’hui ce sont les jeunes qui font bouger le monde dans beaucoup de domaines », ont-ils indiqué.

Rosalie Bindika

Légendes et crédits photo : 

Photo : Rahim et Emmanuel posant devant leurs tableaux

Notification: 

Non