Vie des partis : l’Upads entend traduire la ministre de la Promotion de la femme en justice

Samedi 14 Septembre 2019 - 14:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le secrétariat national du parti a publié, le 13 septembre à Brazzaville, une déclaration dans laquelle il a décidé de porter plainte contre la ministre Inès Bertille Néfer Ingani pour diffamation, dans l’affaire d’un enregistrement audio posté sur la toile, incriminant son premier secrétaire, Pascal Tsaty Mabiala.

Depuis quelques jours, un enregistrement audio attribué à la ministre Inès Bertille Néfer Igani fait le buzz sur le net. Dans cet audio où elle serait en conversation avec un jeune militant de la Force montante congolaise, la ministre de la Promotion de la femme, selon l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (Upads), aurait accusé le chef de file de l’opposition congolaise d’avoir reçu de l’argent de certains cadres du Parti congolais du travail (PCT) pour tenir des propos outrageux contre le député d’Oyo, Christel Sassou N’Guesso. Pascal Tsaty Mabiala aurait accompli cette mission, le 18 août, lors de l’interpellation du gouvernement à l’Assemblée nationale.

Réagissant à ce propos, le secrétariat national de l’Upads a balayé d’un revers de main toutes les accusations portées contre son premier secrétaire. Il a marqué son indignation et condamné avec fermeté cette affirmation qu’il qualifie de ‘’gratuite’’ et qui, selon lui, relève d’une pure et simple ‘’diffamation’’.

«L’Upads dénonce et condamne la manipulation politicienne de madame la ministre de la Promotion de la femme, impliquant le chef de notre parti dans les querelles de caniveau dont le PCT est friand aujourd’hui. Il informe l’opinion de la décision prise par l’honorable Pascal Tsaty Mabiala, en accord avec notre parti, d’intenter une action en justice pour diffamation contre les présumés auteurs des enregistrements en cause », relève la déclaration du secrétariat national de l’Upads.

Le parti de Pascal Lissouba a affirmé, par ailleurs, qu’en sa qualité d’homme libre, le chef de l’opposition continuera à ‘’jouer son rôle’’ sans pour autant vendre cette famille politique dont il est aujourd’hui le porte-étendard.

L’Upads a surtout fustigé le comportement irresponsable de certains membres du gouvernement qui désacralisent le titre de ministre. 

«Ces graves accusations démontrent, une fois de plus, combien l’Etat de droit est emporté par les flots de l’inconscience politique et du laisser-aller, d’autant qu’il est dorénavant établi qu’être ministre au Congo relève en réalité du militantisme et des autres passe-droits, à l’exception de tout critère objectif de nomination », conclut la déclaration.

Firmin Oyé

Notification: 

Non