Vie des partis : A quand le congrès du PCT ?

Mercredi 14 Août 2019 - 14:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Il y a plus de sept ans que s’était tenu en 2011, à Brazzaville, le 6e congrès extraordinaire du Parti congolais du travail (PCT). Aujourd’hui, le délai statutaire entre les congrès est largement dépassé.   

Cet état de fait nourrit les conversations dans les milieux des cadres, membres et sympathisants du PCT. On y perçoit la montée des tendances aux idées parfois divergentes.

 Les unes proposent la mise en place d’un comité ad hoc devant préparer le congrès en lieu et place du secrétariat permanent ; d’autres par contre sont pour le statu quo. Une atmosphère d’avant les assises qui annonce en filigrane la tonalité des débats qui vont caractériser ces futures retrouvailles.

Si le 6e congrès extraordinaire était placé sous le signe de la revitalisation du parti parce qu’affaiblit par divers soubresauts conjoncturels comme l’affirmaient les organisateurs, le prochain pourrait assurément être inscrit dans la droite ligne de la consolidation des acquis des dernières retrouvailles et le pansement des déchirures internes constatés.     

En effet, on se demande concrètement ce qui bloque la convocation de ces assises. Après analyse, de nombreux observateurs de la vie politique nationale évoquent deux raisons.

  La première, et même la plus essentielle, est liée à la difficulté de mobiliser des fonds nécessaires. C’est ce qui a justifié la décision de la direction politique d’initier depuis près d’une année des cotisations dont le montant collecté n’est pas encore rendu public.

 La seconde, presque la plus négligeable, pourrait être consécutive au calendrier national parce que la plupart des dirigeants du PCT occupent des hauts postes au niveau de l’appareil étatique. Les rumeurs annonçaient la tenue du congrès courant mois de juillet. Ayant dépassé le délai, les regards des cadres, militants et sympathisants sont désormais tournés vers décembre.  

La direction politique doit se trouver dans une posture quelque peu mal aisée. Le secrétaire général avait semblé le reconnaître implicitement lorsqu’il invitait, au cours de sa conférence de presse du 29 mai dernier, les journalistes à motiver les adhérents à s’acquitter de leurs cotisations. L’invite ainsi formulée publiquement paraissait comme une sorte de plainte parce que le parti dispose de moyens internes de communication.           

 

 

Roger Ngombé

Légendes et crédits photo : 

Pierre Ngolo

Notification: 

Non