Vient de paraître : « La survivance des lumières », une poésie d’hommage à Edith Lucie Bongo Ondimba

Jeudi 6 Février 2020 - 18:09

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Paru en fin janvier aux éditions le Lys Bleu, le recueil de poèmes, « La survivance des lumières », est signé Malachie Cyrille Roson Ngouloubi. L’ouvrage est un hommage à Edith Lucie Bongo Ondimba, un chant de lumières pour vaincre l’oubli et conserver son sens d’altruisme et d’humilité, de génération en génération.

En soixante-douze pages, Malachie Cyrille Roson Ngouloubi a écrit vingt-cinq poèmes qui entonnent un chant de lumière ; ravivent les consciences nationalistes sur la portée essentielle de cette figure emblématique, une « femme-lumières » au cœur généreux et humaniste, dont les actions ont révolutionné certaines consciences nues.

Pour l’auteur, il est des lumières qui demeurent et qui traversent les coins et recoins de l’oubli. Ces lumières habitent l’intemporalité, nous parlent et nous invitent à la rationalité. Ainsi, écrit-il, « Edith Lucie Bongo Ondimba s’en est allée comme un météore, un typhon dévastateur pour tous les cœurs de sainteté. Cependant, elle survit au-delà des ombres, traversant les flots du supplice. Sa survivance emboîte le pas à des lumières qui inondent l’espérance car en saisissant avec fermeté le sens de toute valeur vaniteuse, elle s’est offert, avec intégrité et humanisme, au monde tout entier ».

Malachie Cyrille Roson Ngouloubi estime que le personnage de son ouvrage a été plus qu’une femme de cœur, d’esprit et de raison, qui a su semer les étoiles de l’humanisme et dont l’écho de ces vertus a traversé les frontières du Congo, voire d’Afrique. « C’est donc sur cette base que nous avons cru nécessaire de rendre hommage à cette dame, qui parlait plus par le cœur que par la bouche. L’ouvrage que nous lui dédions n’est ni plus ni moins qu’un témoignage sincère d’un frère compatriote à une sœur compatriote aux qualités hors pair », a-t-il évoqué.

Fille ainée du président congolais Denis Sassou N'Guesso et épouse de l’ancien président gabonais, Omar Bongo, Edith Lucie Bongo Ondimba est née en 1964 et décédée en 2009. Doctorante en médecine après la soutenance d’une thèse sur les maladies infantiles, Edith n’a pas longtemps exercé dans ce domaine.

Devenue Première dame du Gabon en 1990, elle s'est fortement engagée en faveur des actions caritatives, notamment la lutte contre le sida. Elle est la créatrice de la fondation Horizons nouveaux, destinée à aider les enfants handicapés, le lycée Michel Dirat, la polyclinique El Rapha et a participé, en 2003, à la création de l'Organisation des Premières dames d'Afrique contre le sida (OPDAS), aujourd’hui débaptisée en Organisation des Premières dames d’Afrique pour le développement (OPDAD), etc. Mère de famille dévouée, elle s'était aussi engagée activement sur le terrain politique pour soutenir son mari.

Notons que Malachie Cyrille Roson Ngouloubi est né en 1989 au Congo-Brazzaville. Doctorant en sciences de gestion, mentor de cours à distance, formateur en banque et finance, il est aussi entrepreneur. Écrivain, critique littéraire et sportif, l’auteur est membre du Forum des gens de lettres de Brazzaville (FGL) et de la Société des poètes français (SPF). La survivance des lumières est sa quatrième poésie.  

Merveille Atipo

Légendes et crédits photo : 

La couverture du livre/DR

Notification: 

Non