Voir ou revoir : « L'enfance volée » de Markus Imboden

Jeudi 11 Juin 2020 - 18:16

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Film drame d’environ 1h 48 minutes réalisé par Markus Imboden et sorti en Suisse en 2011, « L'enfance volée » est une alerte et une insurrection contre les mauvais traitements infligés aux enfants. Une occasion d’en débattre lors de la journée mondiale contre le travail des enfants célébrée chaque 12 juin.

Max, adolescent orphelin, est placé chez les Bösiger, une famille de fermiers du canton de Berne, en Suisse. Alors qu'il espérait y trouver un foyer chaleureux, il désillusionne très rapidement. Sans scrupules, le couple le fait travailler comme une bête, tandis que le fils de la famille, Jacob, prend plaisir à l'humilier. Dans cet enfer quotidien, sa seule échappatoire est l'accordéon, dont il joue merveilleusement bien et qui éclaire un peu ses sombres jours, ainsi que son amitié avec Berteli, elle aussi une enfant placée en famille d’accueil.

« L’enfance volée » repose sur l’histoire malheureusement vraie de cent mille enfants suisses, la plupart orphelins ou enfants de parents divorcés, qui, entre les années 1800 et 1950, ont été placés en familles d’accueil en échange d’un peu de sous. Considérés comme une main d’œuvre bon marché, ces enfants étaient souvent maltraités, battus et abusés. Tout le monde était au courant mais personne n'osait en parler. Des pratiques odieuses qui n’ont pas été punies durant plusieurs années.

A travers ce long-métrage, le réalisateur suisse, Markus Imboden, dévoile au spectateur une histoire simple et brutale qui condamne l'injustice, le silence et la violence humaine dans la société, notamment à l’égard des enfants à travers des travaux forcés. Le film parle également de passion et de rêves au travers de l'amour que Max éprouve fortement pour la musique et son accordéon. Le jeune garçon s'accroche à son rêve de devenir un jour un grand musicien, un objectif qui lui permet de survivre.

Notons que cette année, la journée mondiale contre le travail des enfants se concentrera sur la conséquence de la crise sanitaire liée à la covid-19 sur le travail des enfants. La pandémie actuelle et le choc économique et du marché du travail qui en résulte ont une conséquence énorme sur la vie et les moyens de subsistance des populations. Malheureusement, les enfants sont souvent les premiers à en pâtir. La crise peut pousser des millions d'enfants vulnérables au travail des enfants. Selon une étude, on estime aujourd’hui à plus de cent millions le nombre d'enfants astreints au travail, dont soixante-douze millions effectuent des travaux dangereux. Ces enfants courent un risque plus grand de faire face à des circonstances encore plus difficiles et à avoir des journées de travail encore plus longues.

Merveille Jessica Atipo

Légendes et crédits photo : 

L’affiche du film/DR

Notification: 

Non