Zones de conflits : plus de vingt-neuf millions de bébés nés en 2018

Samedi 21 Septembre 2019 - 13:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) a appelé, le 20 septembre à New York, à un soutien accru aux parents forcés d'élever leurs bébés et leurs jeunes enfants dans les zones touchées par les guerres, au vu des nouvelles données.

En raison de la violence armée dans des pays comme l'Afghanistan, la Somalie, le Soudan du Sud, la Syrie et le Yémen, plus d'un bébé sur cinq dans le monde a passé ses premiers moments dans une communauté touchée par le chaos d’un conflit, souvent dans un environnement extrêmement dangereux et très stressant, souligne un communiqué de presse de l’agence onusienne.

« Tous les parents devraient pouvoir profiter des premiers moments de leurs bébés, mais pour des millions de familles qui vivent dans une zone de conflit, la réalité est beaucoup plus sombre », a déclaré la directrice générale de l’Unicef, Henrietta Fore.

« Dans le monde entier, des conflits violents limitent drastiquement l’accès à des services essentiels pour les parents et leurs nouveau-nés. Des millions de familles n'ont pas accès à des aliments nutritifs, à de l'eau salubre, à des services d’assainissement ou à un environnement sûr et sain pour grandir et tisser des liens. Au-delà des risques immédiats évidents, les répercussions à long terme d'un tel début de vie peuvent se révéler catastrophiques », a-t-elle indiqué.

Vingt-neuf millions de vies en danger

Lorsque les jeunes enfants subissent des événements indésirables et traumatisants prolongés ou répétés, le système de gestion du stress du cerveau est activé sans que le soulagement ne cause de « stress toxique ». Avec le temps, les composants chimiques du stress brisent les connexions neuronales existantes et empêchent la formation de nouvelles connexions, ce qui entraîne des conséquences durables sur l'apprentissage, le comportement, la santé physique et mentale des enfants, note le document.

« Les parents qui interagissent avec leurs bébés peuvent les protéger contre les effets neurologiques négatifs des affrontements. Pourtant, en période de conflit, les parents sont souvent submergés », a fait savoir Henrietta Fore, avant d’ajouter : « Au fond, c’est de paix que ces familles ont vraiment besoin, mais en attendant, nous devons les soutenir davantage pour les aider à faire face à la destruction. Vingt-neuf millions de nouvelles vies et d’avenirs en dépendent ».

Pour venir en aide aux familles, l’Unicef mène des interventions humanitaires essentielles. La création des espaces sûrs destinés aux familles et aux jeunes enfants vivant dans des zones de conflit – des lieux où les enfants peuvent utiliser le jeu et l'éducation préscolaire comme débouchés pour certains des traumatismes qu'ils ont subis ; et fournir un soutien psychosocial aux enfants - et à leurs familles - sont des éléments essentiels de la réponse humanitaire d’Unicef.

Pour cette organisation, lorsque les parents ou les tuteurs reçoivent le soutien, dont ils ont besoin pour faire face aux traumatismes et les surmonter, ils ont les meilleures chances possibles d'offrir à leurs jeunes enfants les soins dont ils ont besoin pour un développement sain de leur cerveau. agissant comme un « tampon » contre le chaos qui les entoure.

L'année 2019 marque le 30e anniversaire de la Convention relative aux droits de l'enfant, dans laquelle, entre autres choses, les gouvernements se sont engagés à protéger et à prendre soin des enfants touchés par les conflits. Pourtant, aujourd'hui, davantage de pays sont impliqués dans des conflits internes ou internationaux qu'à tout autre moment au cours des trois dernières décennies, menaçant la sécurité et le bien-être de millions d'enfants. Les hôpitaux, les centres de santé et les espaces amis des enfants - qui fournissent tous des services essentiels aux parents et aux bébés - ont été attaqués lors de conflits à travers le monde ces dernières années.

Josiane Mambou Loukoula

Notification: 

Non