Zones inondées : un plan de relance des activités en faveur des sinistrés se peaufine

Vendredi 17 Janvier 2020 - 13:19

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le gouvernement pense déjà à un plan de relèvement des sinistrés vivant dans les localités touchées par les inondations, le long du fleuve Congo et ses affluents, afin de leur permettre de relancer les activités productives.

Le convoi humanitaire qui avait quitté Brazzaville le 24 décembre 2019 pour apporter assistance, en vivres et non-vivres, aux populations des zones inondées est de retour. « En dehors de l’assistance humanitaire, cette mission nous a permis d’affiner les résultats des évaluations initiales pour avoir une vue globale des besoins des populations car il y a une phase de relèvement qui est prévue afin de permettre aux communautés de relancer les activités productives », a expliqué le directeur de cabinet de la ministre des Affaires sociales et de l’action humanitaire, Christian Aboke-Ndza, à leur arrivée dans la capitale le 16 janvier. C’est pour donner une lueur d’espoir avant le relèvement proprement dit que le ministère de tutelle avait déjà prévu des instruments de pêche dans le lot des non-vivres du convoi humanitaire.

Le constat sanitaire rapporté par Christian Aboke-Ndza fait état des maladies hydriques, notamment des dermatoses et des diarrhées dans la localité de Makotipoko, entre autres. « Heureusement que dans ce convoi humanitaire, les médicaments avaient été prévus pour contrer ces maladies », a-t-il indiqué. Du côté du ministère de la Santé, de la population, de la promotion de la femme et de l’intégration de la femme au développement, les équipes devraient donc être mobilisées pour suivre la situation sanitaire de près.

Selon le directeur de cabinet de la ministre des Affaires sociales et de l’action humanitaire, l’assistance apportée n’a pas permis de couvrir l’ensemble des besoins car les fonds déboursés ne concernaient au départ que les localités de la Likouala avec cinquante mille sinistrés. Or, avant la mise à disponibilité de l’enveloppe, d’autres localités ont été touchées ramenant le nombre de sinistrés à cent quatre-vingt mille. Le gouvernement a alors refait les calculs de sorte que, pour cette première tranche, toutes les localités soient servies. Il faut donc une seconde tranche qui puisse permettre de couvrir en assistance la marge qui reste.

Par ailleurs, Christian Aboke-Ndza a transmis le satisfecit des populations vis-à-vis du gouvernement, de ces partenaires et plusieurs autres associations œuvrant dans l’humanitaire pour cette assistance qui a été pour elles un réconfort. 

 

Rominique Makaya

Notification: 

Non