Adoptions : l’Italie réfléchit à une facilitation des procédures

Jeudi 29 Mai 2014 - 17:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Aussi bien les milieux associatifs que le gouvernement à Rome sont d’avis qu’il faut tirer les leçons des difficultés rencontrées sur la voie d’adoption de 31 enfants congolais par des familles italiennes

Les associations italiennes pour les adoptions louent généralement l’intervention salutaire du Premier ministre, Matteo Renzi, dans le déblocage du dossier des adoptions de petits Congolais. Quelque 24 familles italiennes attendaient depuis septembre de l’an dernier que Kinshasa donne son feu vert à cette opération qui a représenté un véritable calvaire pour certaines d’entre elles.

M. Matteo Renzi est entré rapidement en contact avec le président Joseph Kabila pour que les procédures tatillonnes relancées par le Congo après la découverte d’irrégularités sur d’autres dossiers prennent fin au plus vite. Finalement, tout le monde se dit satisfait aujourd’hui que les 31 enfants sont arrivés en Italie mercredi et qu’ils ont fait l’objet d’un accueil national enthousiaste. « Bienvenue à la maison », leur a lancé le Premier ministre Renzi.

Mais il a également indiqué qu’avec « la réforme du troisième secteur (concernant les lois sociales, NDLR), encore plus d’attention sera portée aux adoptions internationales. Nous œuvrons pour essayer d’affronter le problème des adoptions. J’espère qu’à partir de cette affaire, d’autres familles adoptantes verront leur propre cas se résoudre aussi heureusement. »

Les difficultés dans le dossier des adoptions des enfants sont nées de la découverte par Kinshasa d’adoptants canadiens, par exemple, qui se déclaraient une famille mais ne l’étaient pas au sens juridique congolais, étant en fait un couple homosexuel. Or la loi congolaise interdit d’accorder des enfants à ce genre de parents. La méconnaissance d’une telle législation locale pourrait conduire à d’autres malentendus dans le futur.

Par ailleurs, tout un trafic s’est organisé autour des adoptions en RD-Congo même. Des personnes sans scrupules n’ont pas hésité à aller démarcher des familles pauvres pour leur garantir le « placement » de leur enfant auprès d’une quelconque famille aisée. Un missionnaire belge de Kikwit avait dû faire des déclarations publiques véhémentes pour récuser et condamner une telle pratique qui usait parfois de son nom à son insu.

Lucien Mpama