Afrique/capital humain : évaluation et classement de la Banque mondiale

Samedi 20 Octobre 2018 - 20:43

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

A Bali, en Indonésie, l'institution financière internationale a dévoilé son nouvel Indice du capital humain (ICH).

L'objectif est de faciliter l’estimation des pertes de productivité économique subies par les pays qui n’investissent pas assez dans leur population. Parmi les facteurs retenus, il y a la survie des enfants, la scolarité et la santé. Un constat plus vrai pour les pays africains, notamment ceux au sud du Sahara, classés au bas du tableau dans l’ICH. Seuls deux pays sortent du lot, les Seychelles (0,68) et Maurice (0,63) qui se classent dans la catégorie des puissances mondiales. Les autres pays africains au sud du Sahara affichant des performances très en dessous de la moyenne mondiale qui est de 0,57 sur 1, la moyenne régionale étant de 0,40.

Des disparités sont cependant à relever dans l’état de lieux qui est fait du capital humain, en Afrique en général et au sein de l’Afrique subsaharienne en particulier. En comparant les chiffres entre les régions, on constate encore une fois que l’Afrique subsaharienne est la région la moins performante.  Ainsi, pendant que les enfants nés en France pourront espérer réaliser quatorze années d’études en moyenne, ceux nés au Tchad n’effectueront que cinq années de parcours scolaire en moyenne pour un taux d’adéquation apprentissage/temps de formation de 2,6. Cette situation affecte la qualité de l’éducation.

Malgré leur survie durant leurs cinq premières années et leurs années de scolarisation, les enfants nés aujourd’hui ne représenteront des facteurs de développement pour leurs nations que s’ils jouissent d’une bonne santé. Le manque d’investissement dans le capital humain réduit les capacités des individus à se mettre au service de leurs nations à déployer leur pleines potentialités, plombant ainsi le développement. Et les politiques publiques restent encore loin de garantir aux futures générations les conditions idéales pour développer leurs nations à leurs pleines potentialités. Des mesures urgentes pour corriger le tir sont donc nécessaires, surtout sur le continent africain dont la population est prévue pour doubler d’ici à 2050.

Le classement africain de l'ICH: 1) Seychelles 0,68; 2) Maurice 0,63;  7)  Gabon 0,45; 8) Ghana 0,44; 8)  Zimbabwe 0,44; 10)  Namibie 0,43; 11)   Sénégal 0,42; 11)   Congo 0,42;  14 )  Afrique du Sud 0,41; 14)  Malawi 0,41; 14)  Bénin 0,41;  14)  Togo 0,41; 23  Cameroun 0,39;  24)   Ethiopie 0,38; 24)  Soudan 0,38; 24)  Burundi 0,38;  28)  RDC 0,37; 28)  Madagascar 0,37; 28)  Rwanda 0,37; 28)  Guinée 0,37; 28)   Burkina Faso 0,37; 34)  Angola 0,36; 36)  Côte d'Ivoire 0,35; 40)  Mali 0,32; 40)  Niger 0,32; 43 )  Sud Soudan 0,30; 44)  Tchad 0,29

Noël Ndong

Notification: 

Non