Application de l’accord du 31 décembre : la Monusco offre ses bons offices

Mercredi 19 Avril 2017 - 15:58

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le chef de la Mission onusienne en RDC, Maman Sambo Sidikou, rencontre depuis lundi tous les protagonistes de la crise congolaise dans le cadre de la Résolution 2348 du Conseil de sécurité de l’ONU qui exige à toutes les parties prenantes aux assises de la Cenco de mettre en œuvre sans délai l’accord du 31 décembre en toute bonne foi et dans son intégralité.

La Mission des Nations unies en RDC entend jouer également sa partition dans le règlement de la crise politique née de la non-signature des arrangements particuliers en rapport avec les modalités d’application de l’accord du 31 décembre. Pour mémoire, ledit accord avait achoppé notamment sur la question de la nomination du Premier ministre ainsi que sur celle de la présidence du Conseil national de suivi de l’accord (CNSA). Face aux atermoiements du Rassemblement d’où devrait provenir la personnalité censée piloter la primature de la transition, le président de la République avait finalement nommé Bruno Tshibala issu de la dissidence de cette plate-forme de l’opposition. Loin de calmer les esprits, cette nomination a, au contraire, entrainé une levée de boucliers du côté du Rassemblement aile Félix Tshisekedi qui continue de la récuser parce que non conforme à l’esprit et à la lettre de l’accord de la St Sylvestre.  

Prenant appui sur la résolution 2348 du Conseil de sécurité de l’ONU mais également sur la déclaration de l’Union européenne et celle du président de la commission de l’Union Africaine, le Rassemblement aile Félix Tshisekedi milite, plus que jamais, pour une totale décrispation de la crise politique en appliquant l’Accord du 31 décembre plutôt que de procéder par des rafistolages. C’est sur ces entrefaites que la Monusco a cru bon d’entrer en danse par le biais de son responsable Maman Sidikou. Ce dernier initie depuis le début de la semaine, une série de consultations avec les parties prenantes aux négociations directes prenant ainsi le relais des évêques catholiques dont la mission de bons offices n’est pas arrivée à terme, faute de consensus sur la nomination du Premier ministre et sur la présidence du CNSA. La finalité de ces consultations, à en croire le directeur de l’information publique de la Monusco Charles Bambara, est « d’essayer de trouver les voies et moyens de mettre en œuvre intégralement et de bonne foi l’accord du 31 décembre »

Un agenda très chargé

Premiers à répondre à l’appel du représentant spécial du secrétaire général de l’ONU en RDC, les responsables de l’UDPS et du Rassemblement.  « Nous avons trouvé Maman Sidikou très réceptif quant à notre message. Il nous a rassuré de s’investir dans la résolution 2348 dans le cadre des bons offices, de rencontrer la Cenco et les parties prenantes afin que les discussions reprennent et qu’on signe l’arrangement particulier », a déclaré le secrétaire général de l‘UDPS Jean-Marc Kabund, le17 avril à l’issue de sa rencontre avec le chef de la mission onusienne en RDC. Quant au nouveau leadership du Rassemblement, il a été rassuré par Maman Sidikou de la conduite de la mission de bons offices destinée à obtenir l’application intégrale de l’accord de la St Sylvestre conformément à la résolution 2348 du Conseil de sécurité des Nations unies. Le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU a également échangé avec le président de la Cenco Marcel Utembi. Ensemble, les deux personnalités ont étudié les possibilités de finalisation de l’arrangement particulier pour la mise en œuvre intégrale de l’accord de la Saint Sylvestre.         

Alors que le Rassemblement apporte tout son soutien à la nouvelle médiation qui se met en place avec la bénédiction de l’ONU, l’aile dissidente pilotée par Joseph Olenghankoy estime, quant à elle, que les dés ont déjà été jetés avec la nomination de Bruno Tshibala censé conduire le pays aux élections. « Il n’y aura pas d’autres dialogues. Ceux qui rêvent, c’est leur droit, mais vous devriez savoir que ce gouvernement [celui de Bruno Tshibala] ira jusqu’aux élections », a-t-il promis lors d’un point de presse tenu le dimanche 16 avril à Kinshasa. Même attitude du côté de la Majorité présidentielle où, d’ores et déjà, l’on considère la démarche de Maman Sidikou comme une perte de temps et d’énergies.

 

 

Alain Diasso

Notification: 

Non