Atténuation des changements climatiques : le rôle crucial de l’agriculture

Jeudi 5 Décembre 2019 - 20:58

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La Journée mondiale des sols, célébrée le 5 décembre, a eu pour thème « Empêchons l’érosion des sols, protégeons notre avenir ». L’objectif étant de sensibiliser la population à l’importance du maintien d’écosystèmes sains pour le bien-être humain.

Le rôle des sols dans le changement climatique, par le biais de l’oxydation du carbone du sol, est important. Les sols, et donc l’agriculture, peuvent jouer un rôle majeur dans l’atténuation du changement climatique.

Grâce à de multiples pratiques agricoles, on pourrait aider à stocker de grandes quantités de carbone atmosphérique dans le sol, tout en régénérant la fertilité du sol, la santé des plantes et des écosystèmes entiers. Il s'agit d'une solution dite sans regret qui offre de multiples avantages et mérite une visibilité de haut niveau. Les systèmes agricoles industriels produisent de grandes quantités de denrées alimentaires pour le marché mondial. Cependant, ils provoquent une érosion importante des sols, des pertes importantes de biodiversité et polluent des masses d'eau douce. De plus, ils entraînent une forte dépendance vis-à-vis de l’agro-industrie ainsi que de ses produits et nécessitent d’énormes quantités d'eau douce et d'engrais. L’agriculture est responsable d’environ 23% de toutes les émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine, le secteur de l’élevage représentant 14,5% de ces émissions. La fragilité des sols, la mince couche de terre à la base de presque tout ce qui pousse et de presque tout ce que nous mangeons, remet en question la durabilité de l'agriculture industrielle. L'un des problèmes majeurs est que l’on perd des sols en raison de mauvaises pratiques de gestion des terres.

La gestion durable des terres et des sols exige une compréhension de la relation fondamentale qui existe entre les plantes et la vie du sol. Les plantes interagissent intensivement avec un grand nombre de micro-organismes, en particulier les microbes et les champignons, dans le sol. L’une des principales conclusions est que les pratiques agricoles qui augmentent la matière organique du sol favorisent l’amélioration de la production alimentaire, de la biodiversité, de la rétention d’eau, de la résistance à la sécheresse et d’autres services importants des écosystèmes.

L’activité humaine est la principale source de pollution des sols. Les activités industrielles et agricoles, l’exploitation minière, la fabrication, le transport et l’élimination des déchets sont autant de sources de pollution des sols qui deviennent une urgence mondiale. La résolution 3/6 de l’Assemblée des Nations unies sur l’environnement, intitulée « Gestion de la pollution des sols pour parvenir à un développement durable », invite les États membres à prendre des mesures pour lutter contre la pollution des sols. Les domaines d’action spécifiques comprennent : l'évaluation de l'ampleur et des tendances futures de la pollution des sols, ainsi que des risques et des impacts de la pollution des sols sur la santé, l'environnement et la sécurité alimentaire ; la promotion d'une approche coordonnée pour combattre la pollution des sols par une interface science-politique renforcée ; le partage des informations aux niveaux national, régional et international.

 

Boris Kharl Ebaka

Notification: 

Non