Bassin du Congo: lancement de l'étude de préfiguration du Fonds bleu

Lundi 8 Avril 2019 - 21:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Dans le cadre de la mise en œuvre de la Déclaration des chefs d’État de la Commission climat du Bassin du Congo (CCBC), signée le 29 avril 2018 à Brazzaville, et du processus d’accélération de l’opérationnalisation du Fonds bleu pour le Bassin du Congo, une réunion s'est tenue, du 4 au 5 avril, à Brazzaville, pour lancer l’étude de préfiguration et valider l’approche méthodologique.

 

La rencontre a été présidée par la ministre du Tourisme et de l'environnement, coordonnatrice technique de la CCBC, Arlette Soudan-Nonault. Elle a connu la participation de Patrice Lefeu, représentant du cabinet Ernst & Young (EY);  Rajae Chafil, directrice du 4C Maroc; Honoré Tabuna, représentant du secrétariat général de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC); et Martine Therer, représentante résidente du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) au Maroc. Outre le lancement de  l’étude de préfiguration, la réunion de Brazzaville avait également pour objectif de valider le calendrier d’exécution et les résultats attendus de cette étude à réaliser par le cabinet EY.  Il a été clarifié, conformément au Mémorandum d’entente signé entre la CCBC et le 4C Maroc, le rôle de chacune des parties prenantes au cours de la réalisation de l’étude de préfiguration. Le schéma organisationnel y afférent a été résumé également.

Les lots 1 et 2 font l’objet d’échanges

Selon les points inscrits dans l’agenda, le cabinet EY a fait une présentation des lots 1 et 2. Au terme des échanges et discussions, les participants lui ont formulé certaines recommandations.

Pour le lot 1 Plan d’investissement, par exemple, il a été recommandé, entre autres, la prise en compte des vingt-quatre programmes sectoriels de l’économie bleue adoptés par les ministres et les CDN des pays ; de faire ressortir dans les analyses de maturité des projets les critères de développement durable ; d’intégrer la compensation carbone dans les projets à sélectionner pour alimenter le pipeline des projets ; de tenir compte et s’approprier tous les textes qui portent la CCBC et le Fonds bleu pour le Bassin du Congo  pour une meilleure prise en compte  des attentes des États et de leurs spécificités (politiques, institutionnelles et techniques) .

Pour le lot 2 véhicule financier, les participants ont impliqué les analystes financiers des organisations sous-régionales ou régionales d’Afrique et les ministères en charge des finances des pays membres de la CCBC dans le processus de définition du véhicule financier ; de prendre en compte les projets présentant un caractère sous-régional ; de partager les questionnaires d’enquête préalablement avec les parties prenantes pour un enrichissement éventuel et approbation, etc.

Après la lecture du communiqué final, un accord a été signé entre le Pnud Maroc et le cabinet EY ainsi que son endossement par la CCBC et le 4C Maroc.

Pour la ministre du Tourisme et de l’environnement, cet atelier a marqué une étape importante dans le processus d’accélération de l’opérationnalisation du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo, outil financier de la CCBC.

A titre de rappel, la CCBC, a été créée en novembre 2016 à Marrakech, au Royaume du Maroc, aux côtés de la Commission climat de la région du Sahel et de la Commission des États insulaires, à l’issue du Sommet de l’Action pour la co-émergence de l’Afrique, organisé en marge de la COP22 à l’initiative de sa Majesté Mohammed VI, roi du Maroc. L’objectif de ces commissions, entérinées par la Commission de l’Union africaine) en janvier 2017, vise à concilier le développement économique des États et la lutte contre les changements climatiques pour une co-émergence de l’Afrique. Pour y parvenir, la CCBC va assurer la coordination de toutes les initiatives existantes et en cours concernant, entre autres, la finance climatique représentée par le Fonds bleu pour le Bassin du Congo, dont la zone géographique recouvre les Etats membres de la CEEAC et ceux de la Communauté de l’Afrique de l’est.

 

 

Bruno Okokana

Légendes et crédits photo : 

Photo 1 : Vue du podium Photo 2 : Les signataires brandissant les parapheurs

Notification: 

Non