Biodiversité : début de la saison des pontes des tortues marines 2019-2020

Samedi 26 Octobre 2019 - 15:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Des équipes de Renatura Congo, association de préservation de la biodiversité, se déploient sur l’ensemble du littoral congolais pour surveiller, pendant six mois, les tortues marines et leurs pontes sur les plages et relever les données scientifiques y relatives.

Chaque année, les équipes de Renatura Congo sont sur le terrain de septembre à mars. Depuis 2018, cette association est également présente sur les plages du Parc national de Conkouati-Douli, dans le département du Kouilou. En effet, sur les cinq espèces de tortues marines présentes au Congo, deux fréquentent les eaux congolaises principalement pour se reproduire et pondre. Il s’agit des tortues luths et olivâtres. Bien qu’intégralement protégés par la loi, ces animaux particulièrement vulnérables sont menacés par les activités humaines (braconnage ou collecte des œufs) mais aussi et surtout aujourd’hui, la pêche et plus précisément la surpêche industrielle.

Depuis le mois de juillet, la coordination de Renatura est mobilisée pour l’organisation, dans les meilleures conditions possibles, de la nouvelle saison de suivi des pontes des tortues marines. Des travaux de réfection dans les différentes bases vie des agents ont été réalisés pour assurer de bonnes conditions de travail aux équipes pendant les six mois que durera le suivi des pontes sur le terrain. En août dernier, le coordinateur des activités de terrain, Jean-Gabriel Mavoungou, et la coordinatrice du programme Pêche durable, Emmanuelle Mahe, ont été à la rencontre des agents dans les villages concernés, afin de leur dispenser une formation sur l’utilisation du GPS. Un rappel pour certains, un réel renforcement de capacités pour d’autres, dans tous les cas, une bonne séance de travail qui aura permis de bien préparer les missions qui seront réalisées cette année.

De cadavres de tortues marines déjà signalés

En septembre, des équipes "allégées" ont débuté leurs patrouilles sur le terrain afin d’enregistrer les premières pontes, notamment au niveau du Parc de Conkouati où la présence des tortues luths avaient été signalée dès le mois d’août. Cette présence précoce dans les eaux augurera-t-elle d’une saison de ponte prolifique? Parallèlement, malgré les nombreuses patrouilles de surveillance organisées en mer par le ministère en charge de la pêche, en partenariat avec Renatura Congo, les premiers cadavres entiers de tortues marines, mâles et femelles, ont malheureusement commencé à s’échouer sur les plages relativement tôt. Cette mortalité, à la même période chaque année, est, en effet, à rapprocher aux activités de pêche industrielle illégale récurrentes observées dans la zone réservée à la pêche artisanale, celle proche des côtes, là où se reproduisent les poissons mais aussi les tortues marines et autres.

Par ailleurs, en début octobre, une formation théorique de deux jours a été dispensée par le coordinateur des activités de terrain et son superviseur, Abdon Bitsindou, à l’ensemble des équipes, au sein de l’écocentre de Renatura Congo. L’occasion a permis de revenir sur la biologie de ces espèces, leur importance écologique et les différentes méthodes de relevé des données. Cette année, ce seront quarante-quatre agents qui patrouilleront la côte, depuis Tchiamba Nzassi, à la frontière du Cabinda, jusqu’au village de Niandji, à la frontière du Gabon. Ils seront répartis par tronçon de 10 km. Ils seront l’œil de l’association pendant cette période et ne manqueront pas de rapporter tout événement remarquable, assurant ainsi une veille écologique de la côte.

Notons que dans cette activité, Renatura Congo bénéficie du soutien de l’Union européenne, U.S Fish and Wildlife service, Total E&P Congo et le Projet aire marine protégée de Loango. 

Lucie Prisca Condhet N’Zinga

Légendes et crédits photo : 

-Une équipe de suivi de pontes

Notification: 

Non