Brazzaville : la municipalité veut lutter contre les dépotoirs sauvages

Lundi 29 Juillet 2019 - 18:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le premier vice-maire a lancé, le 27 juillet au quartier 903 Matari-Djiri, l’opération « Eradication des dépotoirs sauvages » à Brazzaville, une semaine après l’installation officielle des cellules d’exécution communale.

L’initiative de la mairie de Brazzaville est parrainée par le groupe de recherche et d’échanges technologiques (Gret), une ONG internationale de développement, de droit français. A la faveur de ce lancement, le premier vice-maire a proposé aux Brazzavillois de ficeler les contrats de ramassages d’ordures avec les opérateurs de précollecte de déchets des ordures ménagères dans la ville capitale.  

« Il s’agit de modifier les sales habitudes des Brazzavillois afin de mettre un terme aux dépotoirs sauvages. Nous disons aux citadins qu’à compter d’aujourd’hui plus jamais ça dans notre ville capitale. Les inciviques pris en flagrant délit paieront des amendes », a indiqué Guy Marius Okana.

À Brazzaville comme ailleurs dans les autres villes, la saleté est source de plusieurs maladies comme la fièvre typhoïde, le paludisme a déploré le premier vice-maire. Il a également proposé aux chefs de quartier de poursuivre la sensibilisation des communautés.

La mairie de Brazzaville et l’ONG Gret ont mis en œuvre les cellules d’exécution communale qui ont pour rôle de faire le suivi des opérateurs de précollecte des déchets (OPC). Il assure l’interface entre la direction de l’environnement et de la propriété de la ville de Brazzaville et le projet filière privée et associative de précollecte des déchets ménagers (Filipa). Par contre, les opérateurs de précollecte des déchets ont pour mission d’assembler et d’acheminer les ordures vers les sites appropriés.

En effet, au terme du mandat de cinq années (2014-2019), l’ONG Gret a préféré mettre en place dans tous les arrondissements de Brazzaville, ces cellules d’exécution communale (Cec) qui se composent de six membres chacune, notamment : deux venant des mairies d’arrondissements, deux chefs de quartiers, et deux opérateurs de précollecte de déchets ménagers (Opc).

À Brazzaville le projet est mis en œuvre par le Gret et est entièrement financé par l’Agence française de développement (AFD), partenaire de la mairie de Brazzaville dans le domaine de l’assainissement.

« L’installation des cellules d’exécution communale mettra fin aux décharges sauvages disséminées dans la ville. Opérateurs de précollecte de déchets ménagers, exécutez votre tâche avec amour et passion car elle aide l’humanité et doit être regardée avec valeur et dignité. Œuvrer pour l’hygiène publique participe à l’amélioration des conditions de vie et de santé de nos concitoyens », a indiqué Guy Marius Okana, premier vice-maire de Brazzaville.  

Fortuné Ibara

Légendes et crédits photo : 

Opération de lancement de l'opération : éradication d'un dépotoir/Adiac

Notification: 

Non