Conservation de la faune : trente-trois élèves écogardes bénéficient d’un stage civilo-militaire

Samedi 3 Novembre 2018 - 16:38

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La formation se déroule dans le département de la Sangha, ont indiqué, le 3 novembre aux " Dépêches de Brazzaville, le Fonds mondial pour la nature (WWF) et le projet Espace Tridom interzone Congo (Etic) .

L'objectif principal du stage est de donner aux nouvelles recrues les connaissances militaires et professionnelles, de manière à exécuter promptement et efficacement le travail de protection et de conservation des ressources naturelles.

« L’ampleur du braconnage qui sévit de nos jours dans notre sous-région en général et particulièrement dans notre pays, braconnage pratiqué avec des armes et munitions de guerre, la menace qu'il engendre ne pèse plus seulement sur la faune sauvage mais aussi et désormais, sur la paix et la sécurité de nos Etats. Depuis près de dix ans, on parle même désormais du terrorisme environnemental », a indiqué Frédéric Lambert Bockandza-Paco, directeur de l'Agence congolaise de la faune et des aires protégées.

Les modules de cette formation ont porté sur les notions de base de différents domaines: paramilitaire, forestier, écologique, socio-économique, moral, éthique et droits de l'homme, législative, conservation de la nature, droit pénal et sur les renseignements généraux appliqués à la criminalité environnementale.

Les connaissances acquises augmenteront leur capacité d'intervention et les effectifs des gardes forestiers sur les sites du projet Etic, de I’unité de surveillance anti-braconnage Tala Tala Jua-lkié, du parc national de Ntokou Pikounda et des corridors de migrations transfrontalières des grands mammifères du complexe transfrontalier de la trinationale Dja-Odzala-Minkébé.

« Le WWF cherche à renforcer ses effectifs pour plus de déploiement sur le terrain, dont un grand pourtour est transfrontalier avec le Gabon et le Cameroun », a commenté Dieudonné Patrice Parfait Ekoutouba Bobomela, coordonnateur Etic. 

Ces élèves écogardes ont été sélectionnés suite à un appel à candidature lancé par les responsables du parc national de Ntokou-Pikounda. Agés d'au moins 30 ans, ils proviennent des localités de Ngbala, Pikounda, Tala-Tala, Souanké, Sembé, Ntokou et Garabizam. Leur sélection a pris en ligne de compte des aspects du genre et des minorités ethniques.

La tenue de ce stage concrétise l’engagement pris par le gouvernement en vue de garantir une gestion durable des ressources naturelles et de maintenir la sécurisation des aires protégées, par l'entremise de l'Agence congolaise de la faune et des aires protégées au Congo.

« La gestion durable de nos ressources fauniques, en vue du développement de l'écotourisme et de la diversification de l'économie nationale, est considérée parmi les points fondamentaux de la vision prospective du président de la République, Denis Sassou N'Guesso », a indiqué un conférencier lors de la formation.

Rappelons que le massif du nord Congo est considéré comme l'un des derniers bastions qui abritent les espèces emblématiques, telles que l'éléphant de forêt, le gorille à dos argenté, le chimpanzé, la panthère ainsi que le pangolin géant et autres.

Fortuné Ibara

Légendes et crédits photo : 

Les stagiaires et les autorités locales / Adiac

Notification: 

Non