Développement : l’ambassade de France finance deux ONG congolaises

Samedi 14 Juin 2014 - 13:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L’ambassadeur de France au Congo, Jean-Pierre Vidon, a signé le 5 juin deux protocoles de financement sur le Fonds d’appui aux sociétés civiles du Sud. Il s’agit de la fondation Niosi et le Conseil de concertation des ONG de développement. Ces deux projets qui vont être financés à hauteur de 41.320.000 FCFA, œuvrent pour le bien-être des populations vulnérables

Dans un communiqué de presse, l’ambassade de France au Congo précise que ces deux ONG répondent à des besoins clairement identifiés. Ceux-ci visent l’amélioration des conditions de vie des populations vulnérables. Le premier projet est représenté par la fondation Niosi que dirige le professeur Josuée Ndamba. Créée en 1993, la fondation Niosi est une ONG de développement de la citoyenneté. Selon l’ambassade de France au Congo, l’ONG Niosi dispose d’une expérience avérée dans la mise en œuvre d’actions de développement local. Le projet, cofinancé à hauteur de 20 millions FCFA propose de contribuer à améliorer le processus de décentralisation et la démocratie locale dans le district de Mbandza Ndounga dans le département du Pool.

Le projet consiste à renforcer la connaissance des acteurs locaux sur la décentralisation et à appuyer un processus concerté de développement local par la formation des acteurs locaux, soit 210 représentants de 30 villages et 2 quartiers du district de Mbanza Ndounga dans le département du Pool et l’élaboration d’un plan de développement local.

Le second projet est animé par le conseil de concertation des ONG de développement. Ce réseau de 17 ONG, né en 1993 à Brazzaville, est un cadre d’échange d’informations, de concertation et de dialogue. Il met l’accent sur la contribution aux politiques publiques et le plaidoyer. Le projet, appuyé par l’ambassade de France à hauteur de 21 320 000FCFA, prévoit de promouvoir la bonne gouvernance au Congo au travers d’une meilleure implication de la société civile dans les processus décisionnels pour la lutte contre la pauvreté.

Tiras Andang