Diplomatie : la fête nationale du Cameroun placée au Congo sous le signe du renforcement des liens d’amitié et de coopération

Jeudi 24 Mai 2018 - 20:05

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

A Brazzaville, la 46e édition de la fête de l’unité du Cameroun a été célébrée, le 23 mai, sur le thème : « Citoyens camerounais, restons unis dans la diversité et préservons la paix sociale, pour un Cameroun stable, indivisible et prospère ».

« Nous rééditons aujourd’hui cette fête à Brazzaville, comme moment de communion entre Camerounais et Congolais qui ont en partage le même destin de vivre ensemble pour la prospérité des peuples de la sous-région Afrique centrale », a déclaré l’ambassadeur du Cameroun, Komidor Njimoluh, devant un parterre d’invités composé, entre autres, des membres du gouvernement représentés par Antoinette Dinga Dzondo, ministre des Affaires sociales et de l’action humanitaire.

Dans son discours, le diplomate camerounais a exprimé sa joie suite à l’ouverture d’un consulat du Cameroun à Ouesso, dans le département de la Sangha, dont les nouveaux agents, composés d’un ministre conseiller, d’un premier conseiller, d’un consul, d’un premier secrétaire et d’un premier consul, ont été présentés le soir même aux invités.

En effet, le Cameroun est le premier pays à avoir un consulat dans la ville de Ouesso. Cette mutation, a-t-il dit, « témoigne de la consistance et de l’exemplarité des relations qui unissent les deux pays ». Cette initiative diplomatique, a poursuivi l’ambassadeur, « anticipe sur l’avenir de cette ville promise à un rôle pilote dans le processus d’intégration sous-régionale en cours ».

En plus, il a affiché son optimisme quant à la redynamisation des principaux axes de coopération entre son pays et le Congo, en faisant allusion, entre autres, à la relance de la Commission mixte Cameroun-Congo dont les campus sont respectivement installés à Sangmélima et à Ouesso ; la finalisation du corridor Yaoundé-Brazzaville, le lancement effectif du projet du barrage hydroélectrique inter-Etat de Chollet et l’amplification de la coopération entre les villes jumelées d’Owando et de Sangmélima.

Il s’en est félicité aussi du renforcement de la coopération dans des corps d’élite de la police ainsi que des échanges de coordination entre les forces armées des deux pays dans la sécurisation du golfe de Guinée. Il souhaite que la coopération entre le ministère de la Justice du Congo et l’Enam du Cameroun se renforcent davantage dans le cadre de la formation des corps de magistrature des deux pays.

Par la même occasion, l’ambassadeur a adressé ses félicitations au Congo pour le retour de la paix dans le département du Pool, et pour « l’apaisement des consciences suite à l’ouverture des procès en cours, qui participent à la quête permanente de clarification nécessaire à la cohésion nationale », soulignant en même temps « le leadership du Congo sur toutes les questions liées à la protection de l’environnement et de l’économie verte ».

Saluant également l’engagement du chef de l’Etat, Denis Sassou N’Guesso, pour le retour de la paix en Libye, l’ambassadeur estime que la crise dans ce pays pose en définitive la question de la stabilité et de l’avenir de l’Afrique, et souhaite que ce continent « accomplisse enfin son intégration effective ».

Parlant de l’Union africaine, il souhaite que les réformes annoncées « aillent jusqu’à l’essentiel : la marque particulière de l’Afrique digne et fière de sa souveraineté ».

Sur l’unification du Cameroun, l’ambassadeur Komidor Njimoluh a critiqué et balayé d’un revers de la main les « velléités séparatistes » et a plutôt souhaité sa réunification. « La réunification du Cameroun, après l’œuvre balkanisatrice de la colonisation doit être vécue par tout Africain comme une victoire qui doit être sauvegardée comme un patrimoine, tout en gardant à l’esprit que le vivre ensemble est une expérience en perpétuelle amélioration », a-t-il dit.

La fête nationale du Cameroun, appelée aussi fête de l'unité, est commémorée tous les 20 mai. Cette date marque la naissance de la République unie du Cameroun et la fin du système fédéraliste. A Brazzaville, la soirée a été fortement agrémentée par la musique du terroir.

Yvette Reine Nzaba

Légendes et crédits photo : 

-l’ambassadeur Komidor Njimoluh délivrant son message -une vue des invités crédit photo adiac

Notification: 

Non