Ebola : les volontaires italiens au cœur de la bataille en Sierra Leone

Lundi 18 Août 2014 - 17:11

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Aux côtés des médecins locaux, des volontaires du CUAMM-Afrique luttent contre l’expansion de la pandémie dans le sud de ce pays touché

Le CUAMM-Afrique, une ONG de médecins et de volontaires italiens, n’entend pas reculer devant le danger que représente l’épidémie du virus Ebola en Afrique de l’Ouest. Comme elle le fait depuis ses débuts en 1950, l’organisation non gouvernementale a décidé de se porter aux côtés du continent en cet instant de graves incertitudes sanitaires. Ses médecins et infirmiers ont pris en charge le secteur sud de la Sierra Léone, un des quatre pays de l’Afrique de l’ouest touchés par la nouvelle flambée du virus à fièvre hémorragique (les autres pays étant la Guinée, le Libéria et le Nigéria).

C’est dans le district méridional de Pujehun que les volontaires italiens ont planté leur tente, dans tous les sens du mot. Jusqu’ici le district et l’hôpital local comptent 7 morts, selon le Dr Giovanni Putoto qui vient juste de revenir en Italie. Il raconte une situation volatile où quatre des sept personnes décédées l’ont été par contact avec d’autres personnes infectées. « Mais même si notre équipe est réduite et qu’on peut redouter la survenue d’autres cas, nous avons décidé de rester en place », a-t-il dit.

À l’hôpital local, les médecins et soignants italiens venus en renfort des équipes des locaux, ont décidé de soumettre à une batterie d’examens toutes les personnes se présentant aux urgences. Mais le volet soignant se complète aussi par la formation clinique et la protection du personnel de santé. « Un grand effort a été fait pour l’installation d’une unité d’isolement des cas suspects ». Cette unité, sous tente, est  pour le moment l’une des seules à fonctionner dans un pays qui n’en compte au total que cinq.

L’unité prend en charge le personnel assistant les malades ainsi que celui chargé de procéder à la sépulture des défunts. Dans le passé, au Zaïre (aujourd’hui Rd Congo), c’est parmi eux qu’on a compté le plus grand nombre de morts aussi. CUAMM-Afrique a engagé une campagne de recherche des fonds pour mener encore plus en profondeur son opération de sensibilisation à travers toute la Sierra Leone car, beaucoup de personnes continuent d’y soutenir qu’Ebola n’est qu’une invention des occidentaux ou, pire, que le mal n’existe même pas.

Lucien Mpama