Environnement: le Chili renonce à organiser la COP25 à cause de la crise sociale

Jeudi 31 Octobre 2019 - 13:37

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

De Santiago au Chili, le gouvernement chilien, aux prises avec une contestation sociale qui ne faiblit pas, a annoncé mercredi avoir renoncé à organiser deux sommets internationaux, dont la COP 25, la conférence de l'ONU sur le climat prévue en décembre, un coup dur pour l'image internationale du pays. 

Logo COP25"C'est avec un profond sentiment de douleur, parce que c'est douloureux pour le Chili, que notre gouvernement a décidé de ne pas organiser le sommet de l'Apec (...), ni celui de la COP25", a déclaré le président Sebastian Pinera au palais présidentiel de La Moneda.

"Cela a été une décision très difficile à prendre. Une décision qui nous cause énormément de peine parce que nous comprenons parfaitement l'importance de l'Apec et de la COP pour le Chili et pour le monde entier", a ajouté Sebastina Pinera, en fonction depuis mars 2018.

Le sommet du Forum de Coopération économique Asie-Pacifique (Apec), qui réunit les pays riverains du Pacifique, dont les Etats-Unis, la Chine et la Russie, devait avoir lieu à Santiago, les 16 et 17 novembre. 

Les présidents, américain Donald Trump et chinois Xi Jinping, avaient confirmé leur participation, la signature d'un accord commercial Etats-Unis/Chine devant intervenir à l'occasion de ce sommet, selon la Maison-Blanche. Le président russe, Vladimir Poutine, avait annulé sa participation mardi. 

"La Malaisie accueillera le prochain sommet de l'APEC en 2020", a fait savoir le forum dans un communiqué, laissant entendre qu'aucun sommet du forum ne serait finalement organisé cette année.

La conférence de l'ONU sur le climat, COP 25, où étaient attendus quelque vingt-cinq mille délégués dont la jeune militante suédoise Greta Thunberg, devait quant à elle se dérouler à Santiago, du 2 au 13 décembre.

Le Chili s'était porté volontaire après le désistement du Brésil, qui avait renoncé dans la foulée de l'élection du président d'extrême droite, Jair Bolsonaro, un climato-sceptique assumé.

Pour l'heure, l'ONU a fait savoir qu'elle "étudiait les alternatives" pour accueillir la COP25. 

La dernière conférence internationale, COP24, sur le réchauffement climatique, s’était tenue à Katowice du 2 au 15 décembre 2018, présidée par Michal Kurtyka, secrétaire d'État au ministère de l'Energie polonais.

 

 

Marie Alfred Ngoma avec l'AFP

Légendes et crédits photo : 

Photo : COP25

Notification: 

Non