Environnement : le coronavirus menace le tourisme des grands singes

Jeudi 26 Mars 2020 - 18:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le tourisme axé sur les grands singes constitue une source importante de revenus pour les gouvernements et les communautés dans plusieurs pays africains. Une part importante de ces revenus est réinvestie dans la protection des espèces menacées et de leurs habitats naturels. La recherche sur les grands singes a permis de faire découvrir les chimpanzés, les bonobos, les gorilles et les orangs outans. Le tourisme a même permis à certains voyageurs de les observer de très près. Cependant, les maladies infectieuses telles que le Covid-19, causées par le virus « CoV-2 » du SRAS, sont une préoccupation majeure pour la conservation des grands singes.

L'être humain et les grands singes sont sensibles aux maladies infectieuses, l’introduction d’agents pathogènes humains au sein de la population de grands singes pourrait entraîner des pertes catastrophiques. Il est donc important de se poser certaines questions pour comprendre les dangers que pose le coronavirus sur les grands singes et les êtres humains et trouver des mécanismes pour s’en prémunir.

Pourquoi le coronavirus est-il une source de préoccupation ?

La possibilité d’infection est un risque pour la conservation. On ne sait pas encore si les grands singes sont sensibles au virus CoV-2 du SRAS, mais on sait par contre que des chimpanzés sauvages ont été infectés par le coronavirus humain « OC43 » en Côte d’Ivoire, et que les grands singes peuvent être infectés par de nombreux autres agents pathogènes respiratoires humains. Chez l’homme, le virus CoV-2 du SRAS est très infectieux et peut survivre dans l’environnement pendant quelques jours. Cela étant, on peut supposer que les grands singes y sont sensibles et faire en sorte qu’ils ne soient pas infectés.

Quelles sont les conséquences potentielles du coronavirus chez les grands singes ?

La survie des grands singes est déjà menacée par la perte d’habitat, la chasse illégale et d’autres maladies. Le virus Ebola, par exemple, une fièvre hémorragique qui touche à la fois les humains et les grands singes, a entraîné des taux de mortalité allant jusqu’à 95 % chez les gorilles ; et les calculs indiquent que certaines de ces populations auront besoin de plus de 130 ans pour se rétablir. La contraction du virus SRAS-CoV-2 viendrait s’ajouter à ces défis. Il y aurait également des pertes économiques et de moyens de subsistance. Le tourisme lié aux grands singes est une source importante d’emplois, génère des revenus pour les gouvernements nationaux et les communautés locales, et produit les fonds nécessaires pour soutenir les activités de conservation.

Il est également important de noter le risque d’infection humaine par les grands singes. En raison de notre proximité génétique. L’homme peut transmettre des maladies aux grands singes, mais l’homme peut aussi contracter des maladies des grands singes. Une fois encore, le virus Ebola est un exemple de cas où l’homme et les grands singes ont été touchés. Il est prouvé que des chasseurs ont trouvé des carcasses de gorilles morts des suites d’Ebola dans la forêt et qu’ils ont ensuite contracté la maladie en consommant de la viande infectée.

Que fait-on pour réduire ces risques ?

À l’heure actuelle, il n’existe pas de vaccin contre l’infection par le CoV-2 du SRAS, et il pourrait falloir des mois, voire des années, pour en mettre un au point. Dans l’intervalle, le groupe de spécialistes des primates de l’Union internationale pour la nature sur les grands singes et le groupe de spécialistes de la santé de la faune sauvage ont publié une déclaration commune, recommandant que les visites de grands singes par l'homme soient réduites au minimum nécessaire pour assurer la surveillance de la sécurité et de la santé des grands singes, et insistent sur le fait qu'il est essentiel de respecter strictement les meilleures pratiques pour le tourisme lié aux grands singes et la prévention des maladies.

En plus de cela, les groupes recommandent que la suspension du tourisme liés aux grands singes et la réduction de la recherche sur le terrain soient envisagées et appellent à la mise en place de mécanismes pour compenser les pertes de profits et d’emplois liées au tourisme" et pour soutenir la santé publique dans les communautés locales. À cette fin, depuis le 23 mars 2020, la majorité des sites de tourisme de vision des gorilles été fermée. A long terme, il sera essentiel de mieux comprendre la propagation des maladies entre les animaux et les hommes, car il est de plus en plus évident que la perte de l’habitat et de biodiversité a facilité la propagation des zoonoses.

Boris Kharl Ebaka

Notification: 

Non