Environnement : les pays africains engagés dans le combat pour le climat

Jeudi 16 Mai 2019 - 21:17

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Deux conférences internationales sur le sujet vont se tenir cette année au Ghana et au Burkina Faso, marquant ainsi l’engagement du continent africain dans le combat contre le changement climatique.

Un sommet climat – Afrique au Ghana 

La deuxième édition du sommet « Climat Chance – Afrique » se tiendra du 16 au 18 octobre à Accra (Ghana). Cette édition assurera la continuité de la première qui s’était tenue l’année dernière, à Abidjan. Elle permettra de rassembler pour une nouvelle fois les acteurs non-étatiques du climat en Afrique, de proposer un appel à contribution qui renforcera les coalitions sectorielles africaines animées par « Climate Chance » et d’alimenter la cartographie de l’action climat en Afrique, de mener un travail plus approfondi sur les feuilles de route sectorielles et opérationnelles qui ont été élaborées en juin 2018 à Abidjan et de renforcer les engagements qui ont été adoptés.

Collectivités, entreprises, associations, syndicats, organismes scientifiques, citoyens, sont invités à prendre part au sommet « Climate Chance Afrique 2019 » pour donner à voir le progrès de leurs actions à travers l’Afrique, approfondir l’analyse des réussites et des difficultés, favoriser la mutualisation des expériences et des innovations, pointer les solutions permettant un passage à une échelle plus significative et souligner les opportunités de nouvelles initiatives naissant de l’action climatique dans le continent africain.

Alors que l’urgence climatique devient de plus en plus pressante et que les engagements des États restent insuffisants, il est absolument nécessaire de relever l’ambition et d’accélérer la mise en œuvre de l’Accord de Paris, en associant largement l’ensemble des acteurs et en ancrant dans les territoires la mise en place des actions concrètes en faveur de la lutte contre le changement climatique.

En favorisant ces échanges entre parties prenantes de différentes familles, ce sommet résolument tourné vers l’action permettra ainsi de : stimuler la mobilisation opérationnelle des acteurs non-étatiques qui doivent être les accélérateurs de la concrétisation des engagements pris par les États à la COP21 ; consolider les dynamiques de coopération entre acteurs non-étatiques qui travaillent de manière encore trop isolée ; faire dialoguer les acteurs non-étatiques qui ont un rayonnement international avec des acteurs plus centrés sur leurs problématiques locales en Afrique pour permettre une articulation adéquate entre les questions locales et les enjeux globaux.

Le Burkina Faso reçoit la quatrième édition de Desertif’actions

Du 19 au 22 juin aura lieu, à Ouagadougou (Burkina Faso), le sommet international de la société civile baptisé « Désertif’action ». Inédite par son caractère, cette manifestation multi-acteurs fera se rencontrer trois cents participants du monde entier pendant quatre jours pour travailler ensemble sur quatre axes thématiques qui sont : l’Initiative de la Grande muraille verte ; le pastoralisme ; le foncier et les multi-usages de l’eau. Cette biennale dédiée à la société civile se veut une action concrète à une nécessité d’action, en créant des synergies entre les acteurs de la gestion durable des terres, de la biodiversité et du climat.

Le plaidoyer issu de ces travaux fournira notamment au panel représentatif de la société civile de la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification un outil puissant pour faire de la terre une priorité des agendas internationaux.

ONG, scientifiques, collectivités locales, institutions internationales, acteurs du secteur privé et public se sont donnés rendez-vous à Ouagadougou pour débattre et partager leur position concernant le domaine de la dégradation des terres à travers les prismes de la désertification, de la protection de la biodiversité, de l’adaptation au changement climatique et de leurs conséquences au nord comme au sud. Les représentants d’institutions internationales, d’initiatives régionales, les fers de lance de thématiques ou élus, auront ainsi l’occasion d’échanger avec une variété d’acteurs de premier ordre.

 

 

Boris Kharl Ebaka

Notification: 

Non