Environnement : protéger l’environnement pour réduire les risques de pandémie

Jeudi 28 Mai 2020 - 19:16

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) intensifie son travail dans le domaine de la cartographie des menaces zoonotiques et de protection de la nature afin de réduire le risque de futures pandémies, telles que la crise de covid-19 qui affecte actuellement la planète.

 

Dans son rapport intitulé « Travailler en symbiose avec l’environnement pour protéger les populations », le PNUE présente la manière dont l’agence adapte ses travaux en réponse à la pandémie de Covid-19 en aidant les nations et ses partenaires à reconstruire en mieux, grâce à une science plus solide, des politiques qui favorisent une planète plus saine et des investissements plus écologiques.

La réponse du PNUE intervient dans quatre domaines : aider les nations à gérer les déchets liés à la covid-19, apporter un changement transformationnel pour la nature et les être humains, travailler pour que les plans de relance économique génèrent une résilience aux crises futures, et moderniser la gouvernance environnementale mondiale. « À ce jour, la pandémie de covid-19 représente l’avertissement le plus sérieux lancé par la planète enjoignant l’humanité à changer de cap », affirme Inger Andersen, directrice exécutive du PNUE. « La mise à l’arrêt de l’activité économique ne représente qu’une réponse à court terme. Cette situation ne peut pas durer. Ce n’est qu’en bâtissant des systèmes économiques respectueux – et non pas hostiles – vis-à-vis de la nature que les pays du monde entier pourront prospérer », poursuit-elle.

Afin d’appuyer les efforts déployés par les États membres pour pallier les conséquences socio-économiques et environnementales de la covid-19, le PNUE collaborera avec l’ensemble du système des Nations unies. Voici des exemples de certaines des interventions qui seront menées : Aider les responsables politiques à élaborer des stratégies à court terme pour faire face à la très forte augmentation des déchets dangereux (équipement de protection individuelle, appareils électroniques, produits pharmaceutiques), d’une manière qui ne nuise pas davantage à la santé humaine ou à l'environnement.

Concevoir un programme d’intervention et d’évaluation des risques en matière de zoonoses pour améliorer la capacité des pays à réduire les menaces liées à ces maladies grâce à des approches respectueuses de la nature, y compris une nouvelle cartographie mondiale des risques liés au commerce non réglementé d’espèces sauvages, à la fragmentation des habitats et à la perte de biodiversité. Promouvoir de nouvelles manières de valoriser la nature, notamment par le biais de politiques d’investissements novatrice, dans le cadre de la lutte contre la crise de covid-19, notamment par le biais des fonds existants gérés par le PNUE ainsi que des plans de relance économique prévus pour les pays.

Nouer des liens avec des acteurs de l’économie réelle pour reconfigurer, accentuer et accélérer la consommation et la production responsables tout en créant des emplois verts, y compris atteindre des entreprises en établissant des partenariats avec des organismes des Nations unies et des institutions financières, gouvernementales et du secteur privé, tout en redynamisant les marchés et les chaînes d’approvisionnement dans une optique de produits écologiques et durables. Passer en revue et tenter de résoudre les problèmes logistiques rencontrés lors de la transition vers les plates-formes en ligne, en ayant une empreinte écologique plus faible, promouvoir les plates-formes de réunion en ligne.

Boris Kharl Ebaka

Légendes et crédits photo : 

Image illustrative

Notification: 

Non