Ethiopie /Erythrée : fin du différend frontalier

Samedi 9 Juin 2018 - 14:36

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Après vingt-cinq ans de guerre fratricide, le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, a annoncé la fin du contentieux entre les deux pays, au terme d'une longue bataille issue d’un désaccord sur des terres désertiques.

Le gouvernement éthiopien vient d’annoncer la fin du différend frontalier, après avoir accepté les conclusions d’une commission internationale indépendante qui avait délimité, en 2002, le tracé de la frontière commune avec l’Erythrée, source de vives polémiques entre les deux pays frères. « Le gouvernement éthiopien a décidé de mettre en œuvre pleinement l'accord d'Alger et les conclusions de la commission sur la démarcation de la frontière et nous travaillons à leur mise en œuvre complète sans hésitation »peut-on lire dans un communiqué officiel.

Ce contentieux a bénéficié d’un accord de paix signé en 2000 à Alger, puis du soutien d’une commission d’arbitrage de l’ONU sur le tracé de la frontière, qui avait attribué la localité de Badme, point du contentieux, à l’Erythrée. Mais l’Ethiopie a continué  d'occuper Badme. « Le gouvernement érythréen devrait adopter la même position sans condition préalable et accepter notre appel à restaurer la paix trop longtemps perdue entre les deux pays frères, comme c'était le cas auparavant », a ajouté la coalition au pouvoir en Ethiopie dans son communiqué.

La guerre fratricide qui a opposé l’Ethiopie  à son voisin l’Erythrée, entre 1998 et 2000, a fait au moins quatre-vingt mille morts. Lorsque l’Erythrée accède à l’indépendance, en 1993, elle fait perdre à l’Ethiopie son unique accès à la mer Rouge. Les deux pays maintiennent des forces le long de leur frontière de 1000 km de long et des affrontements sporadiques. Et puis, engagé sur un autre contentieux avec l’Egypte lié à la construction d’un barrage sur le Nil, Addis-Abeba entend également éviter que l’Erythrée ne serve de base d’appui au Caire.

Cette main tendue à l’Erythrée représente à la fois une surprise et un changement de politique de la part du nouveau Premier ministre, Abiy Ahmed, qui avait promis, lors de son investiture, en avril dernier, la restauration de la paix avec l’Erythrée. 

 

Noël Ndong

Notification: 

Non