Faune : le WWF lance un projet de sécurisation transfrontalière des éléphants

Lundi 12 Décembre 2016 - 19:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La représentation du Fonds mondial pour la nature (WWF)-Cameroun a lancé, le 09 décembre dans la ville de Sangmélima, le projet Tridom pour la sécurisation transfrontalière des éléphants.

Le projet « Tridom Cameroon Transboundary Elephant Security Project » va s’exécuter pour une durée de deux années successives. La mise en œuvre du projet est financé par l'United States Fish and Wildlife Service (FWS ou USFWS), un organisme fédéral des Etats-Unis dépendant du département de l'Intérieur des Etat-Unis, en charge de la gestion et la préservation de la faune.

Le but de ce projet est de stabiliser la population d'éléphants dans deux principaux foyers de braconnage dans l’espace Tridom, à savoir le parc national de Minkebe au Gabon et le complexe transfrontalier Nki et Messok-Dja, à cheval entre le Cameroun et la République du Congo (RC).

« Il s’agit pour nous d’élaborer une stratégie opérationnelle concertée afin de renverser la tendance et stabiliser la population des éléphants de la sous-région. Il s’agira donc au cours de cet atelier d’élaborer un plan de travail précis et concis, de déterminer les rôles et responsabilités des différentes parties prenantes », a indiqué Joseph Lekealem, directeur de la faune et aires protégées du Cameroun.

L’exécution de ce projet va bénéficier d’une collaboration rigoureuse entre le Fonds mondial pour la nature (WWF), le ministère des Forêts et de la faune (Minfof) du Cameroun, l’Agence nationale des parcs nationaux (Anpn) du Gabon et le programme conjoint de conservation du Fonds mondial pour la nature et le ministère de l’Economie forestière, du Développement durable et de l’Environnement (WWF- Mefdde).

« Le ministère des forêts et de la faune du Cameroun, pour sa part, renouvelle à cette occasion son engagement à poursuivre sa politique de gestion durable des ressources fauniques à travers le renforcement des capacités de son personnel, tout en comptant sur l’appui de ses partenaires », a ajouté Joseph Lekealem.

La mise en œuvre de ces actions dans le segment Congo de l’espace Tridom Interzone entre dans le cadre du protocole de lutte anti-braconnage qui fait suite à l’accord de coopération relatif à la mise en place du Tri-national Dja-Odzala-Minkebe signé à Brazzaville, en date du 04 février 2004.

Les conservateurs du Congo, du Gabon et du Cameroun, réunis lors du lancement de ce projet, ont proposé un plan de travail pouvant permettre une meilleure sécurisation des zones transfrontalières.

Ils ont proposé notamment : l’institutionnalisation d’une réunion semestrielle des acteurs du Tridom en vue d’examiner l’état d’avancement de la mise en œuvre de la feuille de route et la mise en place d’une stratégie de pérennisation du projet-durabilité.

« Dans ce contexte, l’appui technique et financier de WWF-Cameroun pour l’atelier de lancement, est un exemple de partenariat qui milite en faveur des objectifs de conservation sus-évoqués. Je reste convaincu de la détermination de tous dans ce vaste chantier relatif à la problématique de la sécurisation des éléphants dans l’espace Tridom », a commenté Joseph Lekealem, directeur de la faune et aires protégés du Cameroun.

Le projet lancé a soulagé plus d’un conservateur dont Gilles Etoga, Projet manager WWF Jengi Tridom ayant indiqué : « Dans la grande problématique de braconnage des éléphants dans le Bassin du Congo en général, et l'espace Tridom en particulier, cet atelier  vient apporter un nouveau souffle dans les stratégies des pays pour controverser le grand braconnage et les fonds de USFWS à travers le WWF vont permettre de cibler les points du paysage transfrontalier entre le Cameroun la République du Congo et le Gabon, faciliter les échanges d'informations, assurer une fonctionnalité opérationnelles des équipes  actuellement installéess dans les endroits les plus reculés. SI les fonds mobilisés sont moyennement importants par rapport à d'autres financements leurs utilisations sera optimale».

Rappelons que la  délégation du Congo à Sangmélima a été  représentée par : Dieudoné Ekoutouka, coordonnateur national de l’Espace Tridom Interzone Congo (ETIC), de Corneille Moukson Kutia, assistant juridique du Fonds mondial pour la nature, Espace Tridom Interzone Congo (WWF-ETIC) et de Christian Itanguy, chef de patrouille de lutte anti-braconnage ETIC.

Fortuné Ibara

Légendes et crédits photo : 

1-Photo de famille des participants (adiac) 2-Seance des travaux en groupe (adiac)

Notification: 

Non