Festival Amani : une affluence sans précédent à la sixième édition

Mardi 19 Février 2019 - 16:11

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le collège Mwanga a accueilli trente-six mille festivaliers pendant les trois jours del'événement, du 15 au 17 février. Un succès de foule prévisible avec le sold out annoncé la veille de l’ouverture pour les premier et dernier jours.

 

Fally Ipupa à l’ouverture de la sixième édition du Festival AmaniIl semble que Goma s’était donné rendez-vous à la sixième édition du Festival Amani qui a affiché complet à chacune de ses trois journées. Lorsqu’il revient sur l’ambiance survoltée qui a caractérisé le week-end festif dans la ville, Guillaume Bisimwa a tout de suite trois noms à la bouche, en l’occurrence Youssoupha, Fally Ipupa et Gaël Faye. Non pas que le reste de l’affiche ait déçu le public mais ceux-là devraient tout particulièrement laisser un souvenir indélébile. Fort de cette perspective, c’est avec un enthousiasme manifeste que le directeur artistique d’Amani s’est permis d’annoncer à la clôture : « Nous commençons dès aujourd’hui à préparer la septième édition, qui se tiendra en février 2020 ».

Le Festival Amani de cette année, c’était une trentaine de groupes et chanteurs sur ses trois scènes. Les sept troupes de danse programmées ont également offert des shows remarquables. L’organisation semble avoir concocté sa programmation à dessein et la recette a fait son petit miracle, on l’a vu. « Cela contribue certainement à notre succès », indiquent les organisateurs, « heureux d’avoir proposé une animation très éclectique » où « il y en avait pour tous les goûts ». Du reste, c’est déjà en amont qu’ils pouvaient s’en assurer, rappelant ici que « les billets pour les trois jours de fête ont été très vite vendus ».

Amani victime de son succès

Par ailleurs, quoiqu'il y ait eu des mises en garde contre la revente de billets au marché noir, certaines personnes ne se sont pas empêchées de les revendre au-delà d'un dollar traditionnel pour leur propre compte, «  au détriment de leurs concitoyens ». Un fait déploré et dénoncé par Guillaume Bisimwa. Des billets saisis auprès des vendeurs clandestins étaient bien confisqués mais en dépt des efforts déployés, ce marché parallèle n'a pas pu être enrayé, le festival étant victime de son propre succès, dira-t-on. Les organisateurs ont révélé que les plus malhonnêtes ont même tenté de revendre de faux billets. Dès lors, ils s'estiment en droit de les poursuivre en justice. En effet, hormis cette tromperie, le plus grand risque c’est la mise en péril de la population. Car, ainsi que l'a rappelé Guillaume Bisimwa, « le site ne peut accueillir plus de douze mille personnes sans mettre en danger leur sécurité ».Une vue générale du public en face de la scène principale

Dans les coulisses, le festival parle de son engagement en faveur de la musique de République démocratique du Congo à travers notamment un atelier destiné aux professionnels de l’industrie musicale. A cet effet, il a évoqué ses « nombreux efforts pour structurer la scène musicale congolaise ». C’est à cela qu’ont servi les résidences d’artistes tenues cette année à destination des musiciens locaux avec Gaël Faye, René Georges et le groupe Mortal Combo. Youssoupha s’y est employé aussi au travers de rencontres.

 

Nioni Masela

Légendes et crédits photo : 

Photo 1 : Fally Ipupa à l’ouverture de la sixième édition du Festival Amani Photo 2 : Une vue du public en face de la scène principale

Notification: 

Non