Finances publiques : les gestionnaires s’imprègnent de la nouvelle chaîne de dépense

Lundi 18 Février 2019 - 15:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L’informatisation des administrations est un volet essentiel de la réforme en cours du secteur financier au Congo. Une session de formation a réuni, du 11 au 16 février à Kintélé, au nord de Brazzaville, une quarantaine d’auditeurs.

L’actuel cadre juridique des finances de l’Etat impulse un nouveau schéma de la dépense publique. La réforme, initiée par la tutelle, vise à moderniser et sécuriser les recettes et dépenses publiques ; le schéma étant une étape majeure pour la définition, la formalisation, la mise en place ou l'actualisation d'un système d’information.

En effet, le système intégré de gestion des finances publiques (Sigfip), l’objet de la formation, a été mis en service récemment dans son volet chaîne de la dépense et du système de suivi des paiements des créances de l’Etat, le syspace.

Quatre départements ministériels pilotes sont retenus pour cette phase expérimentale, à savoir les Finances et budget ; l’Energie et l’hydraulique ; l’Intérieur et la décentralisation et le ministère de la Construction, de l’urbanisme et l’habitat.

Ce processus de modernisation du secteur financier traite du circuit de la dépense, en précisant le traitement du « First in / First out », en comptabilité, une méthode de valorisation d'actifs, du contrôle budgétaire, de la mise à disposition des crédits ainsi que des opérations liées au paiement. Afin d'améliorer la fluidité de la chaîne de la dépense, de nouveaux modes d’organisation se sont mis en place pour l’exécution dans les services ordonnateurs.

Les échanges sur les nouvelles règles de gestion des deniers publics ont été bénéfiques pour l’ensemble des participants, a assuré l’un des responsables du projet Sigfip, Saturnin Ipodo-Nzingou, ajoutant que le partage était à la fois théorique et pratique. 

« Il ne suffit pas de présenter, par exemple, le nouveau cadre juridique et le schéma de la nouvelle chaîne de la dépense publique. Il s’agit surtout d’expliquer aux directeurs administratifs et financiers, aux gestionnaires de crédit, aux chefs de services financiers et matériels et chefs de services comptables le pourquoi de la réforme informatique Sigfip, les enjeux de celle-ci et ce que l’on y gagne », a-t-il souligné.

Notons que les principaux sujets de discussions ont porté sur « Le rôle et la place du directeur de cabinet et du secrétaire général d’un ministère », « l’Expression de besoin », « l’Autorisation d’engagement » et « le Crédit de paiement ».

 

Fiacre Kombo

Légendes et crédits photo : 

Les participants à la formation

Notification: 

Non