Interview. Dr Charley Loumade Elenga Bongo : « Le plus jeune diabétique de Pointe-Noire est âgé de 3 mois et le plus vieux de 82 ans»

Mardi 14 Novembre 2017 - 15:58

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le médecin endocrinologue, chef de service de diabétologie à l’hôpital général Adolphe-Sicé de la ville océane, le Dr Charley Loumade Elenga Bongo, a accordé, le 14 novembre aux Dépêches de Brazzaville, une interview à l’occasion de la célébration de la journée mondiale du diabète.

Les Dépêches de Brazzaville (L.D.B.) : Quel sens donnez- vous à la journée mondiale du diabète ?

Dr Charley Loumade Elenga Bongo (Dr C.L.E.B. ) : Cette journée est célébrée il y a près d’une vingtaine d’années. Le sens de celle-ci  est d’arriver à une plus grande sensibilisation à l’ensemble des problématiques qui entourent cette maladie.

L.D.B. : Qu’en est-il du diabète à Pointe-Noire ?

Dr  C.L.E.B. : Chaque jour qui passe, on compte de nouveaux cas de diabète dans la ville, entraînant de nombreuses hospitalisations.  Environ 4000 patients sont en consultation externe et interne. La majorité de malades est jeune et développe un diabète de type 2. Le plus jeune diabétique de Pointe-Noire est âgé de 3 mois seulement. C’est une maladie qui touche toutes les tranches d’âge et toutes les catégories sociales. La tranche la plus touchée est celle  de 40 à 50 ans.

L.D.B. : Y -a-t-il un  rapport entre le diabète et le VIH ?

Dr C.L.E.B .: À Pointe-Noire, on enregistre une catégorie  de plus de 60 patients diabétiques porteurs du VIH. Il y a aussi  plus de 360 personnes adultes atteintes du diabète. Celles-ci sont âgées entre 60 ans et plus, représentant 9% de ces cas. Le plus ancien diabétique de la ville est âgé de 82 ans. Il vit avec la maladie depuis 47 ans et a été déclaré diabétique à 35 ans. Le diabète n’est donc pas une fatalité.

L.D.B. : Un mot sur le thème de cette journée ?

Dr C.L.E.B . : Le thème de cette année est « Les femmes et le diabète». Les femmes diabétiques entraînent souvent le risque d’autres complications à l’instar de la femme diabétique enceinte. Celle-ci a plus de risque de subir une césarienne qu’une femme non diabétique.

L.D.B.: En votre qualité de médecin, quel est le message à faire passer sur le diabète ?

Dr C.L.E.B. : Il faut éviter de manger trop gras, trop sucré et de consommer des alcools fortes qui font grossir. Aussi la pratique régulière du sport s’avère-t-elle un facteur très important en vue d’éviter le diabète.

 

 

Propos recueillis par Séverin Ibara

Légendes et crédits photo : 

Photo Adiac Le Dr Charley Loumade Elenga Bongo

Notification: 

Non