Journée mondiale de la femme : une marche pour briser le silence face aux violences basées sur le genre

Jeudi 27 Février 2020 - 20:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Prélude à la journée internationale des droits des femmes, le ministère de la Santé, de la Population, de la Promotion de la femme et de l’Intégration de la femme au développement organise une marche, le 1er mars prochain pour dénoncer les violences basées sur le genre.

En partenariat avec la délégation de l’Union européenne, l’ambassade de France, l’Institut français du Congo et les agences du système des Nations unies, cette rencontre placée sous le patronage du Premier ministre, chef du gouvernement, Clément Mouamba, sera axée sur le thème : « Briser le silence face aux violences basées sur le genre ».
Les initiateurs invitent le public à prendre part à cette marche à travers une pétition qui circule sur la toile. Cette rencontre entend unir les participants des quatre coins de Brazzaville autour de cette thématique.

Les violences basées sur le genre trouvent leurs racines dans la détention exclusive des pouvoirs de décisions dans diverses sphères notamment, les milieux de travail, le foyer, qui s’étendent à la société, à travers des constructions sociales des stéréotypes et attitudes discriminatoires autour des femmes, mais aussi le manque d’éducation et le mépris des droits de l’homme.

Elles se présentent sous diverses formes à l’instar, des violences sexuelles, physiques, émotionnelles, psychologiques, pratiques traditionnelles nuisibles, violences socio-économiques, et violences institutionnelles.

Ces pratiques plus ou moins acceptées par la conscience populaire affectent la société dans son ensemble. Ils influent considérablement sur la santé et le bien-être des victimes, de leur famille et leur communauté. Elles affectent l’individu physiquement (blessures, perte de mobilité, mortalité, infertilité, etc…), psychologiquement et émotionnellement (culpabilité, honte, comportement autodestructeur, dépendance, etc…) mais également sa famille (stigmatisation, penchant pour la violence) et la société qui tend à accepter cette violence et à la normaliser.

 

 

Durly Emilia Gankama

Légendes et crédits photo : 

Photo:Affiche de la l'événement

Notification: 

Non