Littérature : Mohammed Mbougar Sarr signe "Silence du chœur"

Jeudi 9 Août 2018 - 20:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L'ouvrage a été sélectionné parmi les dix finalistes du "Prix des cinq continents" de l’Organisation internationale de la francophonie. La remise du Prix aura lieu, le 9 octobre, à Erevan, en Arménie.

"Silence du chœur" est un roman de 415 pages paru aux éditions Présence Africaine. Cet ouvrage aborde le sujet de la migration clandestine vers l’Europe avec son lot de drames. Dans ce livre,  Mohammed Mbougar Sarr raconte l'arrivée dans un petit village sicilien, appelé Altino, d’un groupe de soixante-douze hommes venus d’Afrique subsaharienne. Ils sont  « immigrés », « réfugiés » ou « migrants ». À Altino, ils sont surtout les ragazzi, les « gars » que l’association Santa Marta prend en charge.  Leur présence bouleverse le quotidien de ce village en inspirant la pitié chez les uns et la haine chez les autres.

Les ragazzi croisent toutes sortes de figures, notamment un curé atypique qui réécrit leurs histoires; une femme engagée à leur offrir l’asile; un homme déterminé à le leur refuser ; un ancien ragazzo devenu interprète ou encore un poète sauvage qui n’écrit plus.

 « Bonjour à tous, que la paix soit sur vous. Je m’appelle Jogoy Sèn, vous m’avez peut- être vu hier, j’étais à Catane. Vous êtes arrivés ici après un voyage difficile, nous sommes là pour vous aider, les gens que vous voyez derrière moi font partie d’une association qui s’appelle Santa Marta. C’est une association qui accueille les réfugiés et les aide à avoir des papiers », explique Jogoy Sèn, l’interprète de l’association Santa Marta, à la page 46.

« Des papiers...la régularisation...on est sauvés...des vrais papiers », réplique l’un des ragazzi.   Jogoy Sèn les conforte: « Vous êtes ici dans une petite ville Atino, en Sicile. Vous allez rester ici et l’association va essayer de vous aider. Il faut être patient et faire confiance à l’association, elle est là pour vous. Il faut aussi être discipliné et faire des efforts. L’association va vous apprendre l’italien. Ici, on va vous donner des maisons, on s’occupera de vous nourrir... ».

Ces hommes ont fui la misère et le quotidien difficile en Afrique pour aller, par des embarcations de fortune, à l’assaut de la forteresse européenne. « Ça peut être ça l’Europe ! pas possible ! pas possible que ce soit pour ça j’ai joué ma vie dans le Sahara puis dans la mer. On nous cache quelque chose. Pourquoi m’a-t-on mis ici ? même Kayes est mieux que ce foutu village ! où est le luxe ? Où est l’argent ? Où sont les jeunes et vieilles blanches qui aiment les nègres et leurs gros bangalas durs et veineux ? Où est tout ça ?  On nous cache quelque chose, on nous cache à Altino. On nous garde ici pour nous empêcher de voir la vraie Europe. Pourquoi ? Les gens de l’association ne nous donnent pas les papiers pourtant on nous l’avait promis, ils ne nous donnent pas de travail pourtant ils avaient dit qu’ils allaient en donner. A chaque fois qu’on va les voir ils disent que le dossier avance, mais il va avancer jusqu’à où ? Et, ils veulent qu’on aille en classe pour apprendre l’italien, ils croient vraiment que moi, Bemba, un vieux père comme moi, avec plus de poils autour du sexe, j’ai ce temps d’aller à l’école ? Je veux quitter Altino, je veux aller là où il y a les affaires, les bonnes affaires, il faut que j’ai d’abord les papiers avant de partir ... », pages 142 et 143

Mohammed Mbougar Sarr est de nationalité sénégalaise. Son premier roman, « Terre ceinte », publié en 2014, a été récompensé par le Prix Ahmadou-Kourouma 2015, puis distingué la même année par le Prix Stéphane-Hessel-RFI, pour sa nouvelle "La Cale", le Grand Prix du roman Métis 2015 par le Prix du roman Métis de la même année. "Silence du chœur" est son deuxième roman, il a été récompensé par le Prix littérature-monde, émanation du festival Étonnants Voyageurs de Saint Malo avec le soutien de l’Agence française de développement. Son troisième, "De purs hommes", publié aux éditions Philippe Rey, avait retenu lui aussi l'attention du jury.

Rosalie Bindika

Légendes et crédits photo : 

Photo : La couverture de l’ouvrage "Silence du chœur"

Notification: 

Non