Parcs de la Salonga et des Virunga : le WWF reste très préoccupé par le projet de production pétrolière

Samedi 14 Juillet 2018 - 13:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L’ONG internationale, active dans le domaine de la conservation, se convainc que l’exploration et l'exploitation du pétrole dans les deux aires protégées mettraient en danger la biodiversité et la vie des communautés riveraines.

 

Le Fonds mondial pour la nature (WWF) s’est dit préoccupé, à l’instar de la société civile nationale de la République démocratique du Congo (RDC) et de l’Unesco, par l'impact préjudiciable que toute production pétrolière pourrait avoir sur les sites du patrimoine mondial de la Salonga et des Virunga, deux fleurons de la conservation de la nature en RDC. « Nous recommandons donc au gouvernement de la RDC de bien analyser les options sur la base d’études crédibles, particulièrement par rapport aux bénéfices environnementaux et sociaux que ces sites produisent, et de réfléchir sérieusement aux conséquences éventuelles des choix des options proposées »,  a déclaré le directeur de WWF/Afrique, Fred Kumah, cité dans un communiqué du 12 juillet donnant la position de cette ONG internationale face à la décision du gouvernement congolais de « rogner » ces aires protégées pour y permettre l’exploitation du pétrole.

Le directeur de WWF/Afrique a, par ailleurs, fait observer que « l’exploitation pétrolière dans les parcs nationaux de la Salonga et des Virunga mettrait en danger la biodiversité exceptionnelle de ces sites ainsi que les moyens de subsistance de la populations locale en plus de libérer d'énormes quantités de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, ce qui contribuerait à exacerber les effets néfastes du changement climatique tant décrié dans la monde ».

Un appui actif aux efforts de développement vert en RDC

Le communiqué précise que le WWF n’est pas contre le développement socio-économique de la RDC. Au contraire, il appuie de façon très active les efforts de « développement vert » dans le pays, tels que prescrits par les plus hautes instances nationales et ce, conformément aux engagements pris par la RDC. « Le WWF est conseiller et partenaire du gouvernement congolais en plusieurs matières, notamment dans la conservation de la nature, le secteur forestier et le développement rural », a souligné le directeur de WWF/Afrique centrale, Marc Languy, cité dans le même document.

Cet appel de WWF, lancé au gouvernement de la RDC pour sauvegarder ces sites d'une valeur universelle exceptionnelle et pour poursuivre une voie de développement durable afin de construire un avenir meilleur pour ses citoyens, les communautés locales et la population autochtone qui vivent dans ces régions, est donc conforme au rôle de cette organisation internationale. Le WWF affirme, par ailleurs, demeurer disponible pour appuyer le gouvernement ainsi que les autres parties prenantes à poursuivre le processus de réflexion engagé vers  la recherche et la mise en œuvre d’actions compatibles avec le développement durable, susceptibles de protéger ces écosystèmes privilégiés tout en améliorant les conditions de vie de  population congolaise qui dépende prioritairement des ressources naturelles du pays.

Le gouvernement obstiné dans sa démarche

Il ressort du rapport de la onzième réunion du Conseil des ministres tenue le 8 juin que le gouvernement de la RDC a confirmé son intention d’avancer avec les démarches vers un déclassement partiel de la Salonga et des Virunga, deux sites du patrimoine mondial de l’Unesco, qui abritent des gorilles de montagne, des bonobos et d'autres espèces rares pour permettre l’éventuelle exploration et l’exploitation pétrolières. En effet, des autorisations ont été accordées au ministre des Hydrocarbures en vue de constituer, avec son collègue de l’Environnement et du développement durable, deux commissions ayant pour mission de préparer les dossiers à soumettre au Conseil des ministres pour le déclassement par décret des zones à intérêt pétrolier dans les deux parcs nationaux. Une décision vivement condamnée par la société civile congolaise. Les ONG environnementales du pays ont, à cet effet, fait une déclaration dans laquelle elles s'opposent  à ce projet du gouvernement.

La Salonga et les Virunga, rappelons-le, abritent la population de bonobos et de gorilles de montagne, deux espèces emblématiques en danger d’extinction que l’on retrouve en RDC. Ces espèces sont actuellement protégées sous le statut de leurs sites désignés patrimoine universel de l'humanité. Autoriser les activités extractives incompatibles avec ce statut de l’Unesco augmenterait les menaces sur les espèces de flore et de faune exceptionnelles de ces sites, tout en amenuisant les moyens de subsistance déjà précaires des communautés riveraines.

Lucien Dianzenza

Légendes et crédits photo : 

photo: Le logo de WWF, lors d'une activité à Kinshasa/ Photo WWF

Notification: 

Non